Confessions d'un révolutionnaire/04

From The Libertarian Labyrinth
Revision as of 20:03, 27 January 2018 by Shawn P. Wilbur (Talk | contribs) (1 revision imported)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Confessions d'un révolutionnaire/04/03 Confessions d'un révolutionnaire/04/05

[original French]

même, comme si elle était un être différent placé vis-à-via d'elle : c'est cette image renversée qu'elle appelle Dieu.

Ainsi, la morale, la justice, l'ordre, les lois, ne sont plus choses révélées d'en haut, imposées à notre libre arbitre par un soi-disant créateur, inconnu, inintelligible; ce sont choses qui nous sont propres et essentielles comme nos facultés et nos organes, comme noire chair et notre sang. En deux mots : Religion et Société sont termes synonymes ; l'Homme est sacré pour lui-même comme s'il était Dieu. Le Catholicisme et le Socialisme, identiques pour le fond, ne diffèrent que par la forme : ainsi s'expliquent à la fois, et le fait primitif dela croyance en Dieu, et le progrès irrécusable des religions.

Or, ce que Kant a fait il y a près de soixante ans pour la Religion; ce qu'il avait fait auparavant pour la Certitude; ce que d'autres avant lui avaient essayé pour le Bonheur ou le Souverain Bien, la Voix du Peuple (1) se propose de l'entreprendre pour le Gouvernement.

Après la croyance à Dieu, celle qui occupe le plus de place dans la pensée générale est la croyance à l'Autorité. Partout où 0 existe des hommes groupés en société, on retrouve, avec le rudiment d'une religion, le rudiment d'un pouvoir, l'embryon d'un gouvernement. Ce fait est aussi primitif, aussi universel, aussi irrécusable que celui des religions.

Mais qu'est-ce que le Pouvoir, et quelle est la meilleure forme de Gouvernement? car il est clair que si nous parvenions à connaître l'essence et les attributs du pouvoir, nous saurions du même coup quelle est la meilleure forme à lui donner, quelle est, de toutes les constitutions, la plus parfaite. Nous aurions de la sorte résolu l'un des deux grands problèmes posés par la Révolution le Février : nous aurions résolu le problème politique, principe, moyen ou but, — nous ne préjugeons rien, — de la réforme économique.


(1) La Voix du Peuple ayant été supprimée, après quelques mois d'existence, par autorité de police et force des baïonnettes, ies études que c« journal avait promises à ses lecteurs ont été nécessairement ajournées. Une première publication vient d'en être faite sous ce titre : Idée générale de la Révolution au 19e siècle. Un vol. in-18, anglais. Paris, juillet, Garnier frères.

[English translation]

itself, as if it was a different being placed in front of it: it is that mirror image that it calls God.

Thus, morals, justice, order, laws, are no longer things revealed from on high, imposed on our free will by a so-called creator, unknown, unintelligible; they are things that are as proper and essential as our faculties and organs, as our flesh and blood. In short: Religion and Society are synonymous terms; Man is sacred pour himself as if he was God. Catholicism and Socialism, identical at base, differ only in form: in this was we explain faith, and the primitive face of the belief in God, and the indisputable progress of the religions.

Now, what Kant did nearly sixty years ago for Religion; what he had previously done for Certainty; what others before him had attempted for Happiness or the Sovereign Good, the Voix du Peuple (1) proposes to undertake for Government.

After the belief in God, that which occupies the most prominent place in the general thought is the belief in Authority. Everywhere that there are men grouped in society, we encounter, with the rudiments of a religion, the rudiments of power, the embryo of a government. That fact is as basic, as universal, as indisputable as that of the religions.

But what is Power, and what is the best form of Government? for it is clear that if we manage to understand the essence and attributes of power, we will know at the same time the best form to give to it, what is, of all the constitutions, the most perfect. We would have, in this way, resolved one of the two great problems posed by the February Revolution: we would have resolved the political problem, principle, means and end, — nous ne préjugeons rien, — of economic reform.


(1) La Voix du Peuple having been suppressed, after a few months of existence, by the authority of the police and the force of bayonets, the studies promised by that journal to its readers have necessarily been postponed. A first publication has just been made under the title: General Idea of the Revolution in the 19th Century. One vol. in-18. Paris, July, Garnier frères.