Confessions d'un révolutionnaire/11

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Confessions d'un révolutionnaire/11/10 Confessions d'un révolutionnaire/11/12

[original French]

révélation d'un homme qui se trompa quelquefois, mais qui fut toujours fidèle. Que ma voix s'élève à vous, comme la confession du condamné, comme la conscience de la prison.

La France a été donnée en exemple aux nations. Dans son abaissement comme dans ses gloires, elle est toujours la reine du monde. Si elle s'élève, les peuples s'élèvent avec elle; si elle descend, ils s'affaissent. Nulle liberté ne peut être conquise sans elle; nulle conjuration du despotisme ne prévaudra contre elle. Étudions donc les causes de notre grandeur et de noire décadence, afin que nous soyons fermes, à l'avenir, dans nos résolutions, et que les peuples, sûrs de notre appui, forment avec nous, sans crainte, la sainte alliance de la Liberté et de l'Égalité.

Je chercherai les causes qui ont amené parmi nous les malheurs de la démocratie, et qui nous empêchent de réaliser les promesses que nous avions faites pour elle. Et, puisque le citoyen est toujours l'expression plus ou moins complète de la pensée des partis, puisque les circonstances ont fait de moi, chétif et inconnu, l'un des originaux de la Révolution démocratique et sociale, je dirai, sans rien dissimuler, quelles idées ont dirigé ma conduite, quelles espérances ont soutenu mon courage. En faisant ma confession, je ferai celle de toute la démocratie. Dos intrigants, ennemis de toute société qui ne paye pas leurs vices, de toute morale qui condamne leur libertinage, nous ont accusés d'anarchie et d'athéisme; d'autres, les mains pleines de rapines, ont dit que nous prêchions le vol. Je mettrai notre foi, la foi démocratique et sociale, en regard de celle de ces hommes de Dieu ; et l'oa verra de quel côté est le véritable esprit d'ordre et de religion, de quel côté l'hypocrisie et la révolte. Je rappellerai ce que nous avons tenté de faire pour l'émancipation des travailleurs; et l'on verra de quel côté sont le parasites et les pillards. Je dirai, pour ce qui me concerne, les raisons de la politique que j'eusse préférée, s'il m'avait été donné d'en faire prévaloir une; j'exposerai les motifs de tous mes actes, je ferai l'aveu de mes fautes; et si quelque vive parole, si quelque pensée hardie échappe à ma plume brûlante, pardonnez-la moi, ô mes frères, comme à un pécheur humilié. Ici, je n'exhorte ni ne conseille, je fais devant vous mou examen de conscience. Puisse-t-il vous donner, comme à moi-même, le secret de vos misères et l'espoir d'un avenir meilleur !

[English translation]

revelation of a man who is sometimes mistaken, but was always faithful. What is my voice to you, as the confession of the convict, as the conscience of the prison.

France was given as an example to the nations. In its humiliation and in its glory, it is still queen of the world. If it rises, the nations rise with her; if it falls, they sink. No freedom can be won without it, no conspiracy of despotism not prevail against it. Let us consider the causes for our greatness and black decadence, so that we shall be firm in our future resolutions, and so that the people, sure of our support, shall be with us, without fear, in a holy alliance of Liberty and Equality.

I seek the causes that brought us the evils of democracy and that prevent us from achieving the promises we made for it. And since the citizen is always the more or less complete expression of the thought of parties, since circumstances have made me weak and unknown, one of the originals of the democratic and social revolution, I say, without concealing anything, what ideas have guided my conduct, what hope have supported my courage. By my faith, I'll do that in any democracy. Dos intriguing enemies of society who do not pay their vices, all morality that condemns their licentiousness, accused us of anarchy and atheism, and others, hands full of plunder, have said that we preach theft . I will put our faith, faith and social democratic, against that of those men of God, and oa will see which side is the true spirit of order and religion, which side of hypocrisy and rebellion. I remember what we tried to do for the emancipation of the workers, and we will see which side are the parasites and plunderers. I say, for me, the reasons for the policy that I had preferred if he had been given to make a claim, I will set out the reasons for all my actions, I will admittedly from my mistakes, and if some sharp words, if some thought bold escapes burning my pen, forgive it me, O my brothers, as a humble sinner. Here I exhorting does not advise, before I make you my examination of conscience. May he give you, like myself, the secret of your misery and hope for a better future!