Confessions d'un révolutionnaire/277

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Confessions d'un révolutionnaire/277/276 Confessions d'un révolutionnaire/277/278

[original French]

qu'au 18 brumaire, douze ans de tempête révolutionnaire sans en être ébranlé, ne pouvait plus, après février, supporter sans périr deux années de chômage (1).

Il faut donc, pour remplir les conditions du problème économique , que la Révolution, prenant la société telle qu'elle est, changeant les rapports sans toucher aux intérêts immédiats et au matériel, réforme le système en le continuant ; car, ne l'oublions pas, le socialisme doit avoir tout le monde pour auteur et complice, à peine de créer une confusion babélienne, une tyrannie, une misère épouvantable.

Certes, rien de plus facile, sur le papier, que de racheter, au moyen de rentes sur l'État, canaux, chemins de fer et mines, grandes propriétés et grandes manufactures; de substituer des corporations ouvrières aux compagnies en commandite ; de faire des propriétaires et entrepreneurs actuels des directeurs salariés par l'État, etc., etc. On a vu avec quelle confiance Louis Blanc, d'accord avec les notabilités du Luxembourg, proposait d'opérer par décret le transport du personnel, du matériel, des propriétés et de toute l'industrie du pays.

Eh bien! quand les droits et devoirs des associés, travailleurs, directeurs, inspecteurs, apprentis, etc., sous ce nouveau régime, eussent été définis, — et ils ne l'étaient pas;

Quand les attributions de chaque industrie, de chaque société, de chaque individu, eussent été fixées, — et elles ne l'étaient pas;

Quand les salaires de tout ce personnel, le prix de tous les produits eussent été déterminés, — et ils ne l'étaient pas, il était impossible qu'ils le fussent;

Quand, au moyen de bénéfices imaginaires, on aurait trouvé le moyen de faire rembourser par les associations ouvrières le capital mobilier et immobilier que l'État aurait racheté pour elles, — et la plus simple question d'économie sociale démontre que l'idée de rachat universel des propriétés exclut la possibilité de remboursement;


(1) Ce qui se passe en ce moment est la confirmation la plus terrible des prévisions du Représentant du Peuple. La propriété, annihilée par le défaut de circulation, ne rendant plus rien aux propriétaires, dévorée par le fisc et par l'hypothèque, a cessé, a Paris surtout, d'être une garantie, pour devenir la plus intolérable des servitudes. (Note de la 1e édition.)

[English translation]

18 Brumaire, twelve years of the revolutionary storm without being shaken, could not, after February, bear without dying two years of unemployment (1).

Therefore to fulfill the terms of the economic problem, that the Revolution, taking society as it is changing the reports without affecting the immediate interests and equipment, reforming the system by continuing for, lest we forget not socialism must get everyone to the author and accomplice, just to create confusion Babel, a tyranny, abject poverty.

While nothing is easier on paper than to buy, through Annuities, canals, railroads and mines, large properties and large manufactures to substitute corporate companies working in partnership, to owners and current owners of directors employees by the State, etc.. etc.. We saw so confidently Louis Blanc, in agreement with the notables of Luxembourg, proposed to act by decree transport personnel, equipment, property and the industry of the country.

Well when the rights and duties of shareholders, employees, managers, supervisors, apprentices, etc.., under this new regime, had been defined - and they were not,

When the functions of each industry, each society, each individual had been set - and they were not;

When the salaries of all staff, the prices of all products had been determined - and they were not, it was impossible they were;

When using imaginary profits, we have found a way to repay the capital with labor movable and immovable as the State would have bought for them - and the easiest question of social economics demonstrates that the idea of universal redemption of properties excludes the possibility of repayment;


(1) What is happening right now is confirmation of the worst predictions of the Representative of the People. The property is negated by the lack of movement, does nothing to make owners, consumed by the tax and the mortgage has ceased, especially in Paris, to be guaranteed to become the most intolerable of servitudes. (Note to the 1st edition.)