Contradictions politiques/111

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Contradictions politiques/111/110 Contradictions politiques/111/112

[original French]

l'intelligence à son tour semble ne se développer qu'aux dépens de la vitalité.

Ces observations s'appliquent également aux êtres collectifs : là aussi, la force de cohésion, l'énergie du groupe, a ses limites, qui déterminent celles du groupe lui-même.

C'est dans la famille que l'unité se révèle avec le plus de force, et cette unité paraît être à son maximum de concentration lorsque la famille est jeune, bornée à trois catégories seulement d'individus, le mari ou père, l'épouse ou la mère, et l'enfant. Mais que, par l'accroissement même de l'enfant et par son mariage, un nouveau couple [se produise] : aussitôt le lien familial commence à se détendre; l'autorité paternelle s'amoindrit; bientôt elle se partagera : c'est ce qui fait que la tribu a déjà moins de puissance organique que la famille même. Supposez que dans ce groupe, formé tout à l'heure de trois et même quatre générations, les jeunes couples, au lieu de rester sous le toit commun, aillent s'établir à quelque distance : ce seul fait du domicile séparé portera un nouveau coup à la tribu ; ce seront de

[English translation]

the intelligence, in turn, seems to grow at the expense of the vitality.

These comments also apply to collective beings: hence the cohesive force, the energy of the group, has its limits, which determine those of the group itself.

It is in the family that unity manifests itself with the greatest force, and this unity appears to be at its maximum concentration when the family is young, confined to just three categories of individuals, the husband or father, the wife or mother, and the child. But, by the growth of the child and his marriage, a new couple [is produced]: just then, family ties start to relax; parental authority is reduced; soon it will be divided such that the tribe has less organic power than the family itself. Suppose that in this group, soon forming three and even four generations, the young couples, rather than remain under the common roof, go off to establish themselves at some distance: the mere fact of a separate home is another blow to the tribe; these will be