Contradictions politiques/119

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Contradictions politiques/119/118 Contradictions politiques/119/120

[original French]

pour mieux surprendre l'opinion et tromper la critique, elle a su s'entourer de tant de fausses


» la France entière. » — Faux principe, mal à propos renouvelé de 93; ils sont les représentants de ceux qui les nomment, et votre fiction d'unité n'y fera rien. Cela ne peut être autrement.

« Art. 35. Ils ne peuvent recevoir de mandat impératif. » — Sans doute, s'ils sont les députée de la France entière, ce qui veut dire de personne. Mais c'est autre chose, si, comme le veulent la pratique et le bon sens, ils sont les députés de leurs électeurs. Alors si le mandat électoral ne peut pas être impératif pour le tout, il peut fort bien l'être pour une partie. Cela se voit tous les jours.

« Art. 36. Ils sont inviolables. » — C'est-à-dire qu'ils sont supérieurs à leurs commettants, ce qui est absurde.

« Art. 46. Le Président est nommé par le suffrage universel et direct. » — S'il avait été nommé par l'assemblée, il n'eût été qu'un simple fonctionnaire; élu par le suffrage universel et direct de 40 millions d'hommes, c'est un roi, et l'événement vous le prouvera.

« Art. 64. Le Président nomme et révoque... tous les magistrats et fonctionnaires de la République. » — C'est irrationnel; mais c'est monarchique. L'art. 65 va encore plus loin : « Le Président de la République a le droit de suspendre et révoquer les agents d'administration élus par les citoyens. » Autant valait dire que les municipalités étaient des succursales de la préfecture. De quoi droit, je le demande, les exrépublicains de 1848 accusent-ils aujourd'hui la centralisation impériale?

« Art. 71 et suiv. Il y a un conseil d'État, dont le Président de la République est de droit président. Ce conseil d'État est chargé de préparer, réglementer et contrôler toutes les affaires de la République. » — Ainsi tout est soigneusement

[English translation]

surprised to better deceive public opinion and criticism, she has managed to so many false


of the whole of France." - A false principle, a mistake of 1793 repeated: and the representatives of those who appoint, are fictional and your unity will be nothing. It can not be otherwise.

"Art. 35. They cannot receive imperative instructions." - No doubt, if the member for the whole of France, which means anyone. But it is another thing, though, as to the practical and common sense, they are members of their constituents. So if the electoral mandate can not be imperative for all of them, it may well be for a party. This can be seen every day.

"Art. 36. The persons of the representatives of the people are inviolable." - That is to say they are superior to their constituents, which is absurd.

"Art. 46. The president shall be elected by secret ballot, and by an absolute majority of votes, by the direct suffrage of all the electors." - If he had been appointed by the Assembly, it had been a mere employee; elected by direct universal suffrage and 40 million men, it is a king, and the event you prove.

"Art. 64. The president of the republic shall have power to appoint and revoke ... all other officers and functionaries of the government of secondary rank." - It's irrational, but that's a monarchy for you. Art. 65 goes even further: "He shall have the right of suspending ... the agents of the executive power elected by the people." One might as well say that the municipalities are all mere branches of the prefecture. By what right, I ask, do the ex-republicans of 1848 now decry imperial centralization?

"Art. 71 et seq. There shall be a council of state, of which the vice-president of the republic shall of right be the president. ... It shall exercise over the public administrations all the powers of control and of superintendence which are conferred upon it by law." - So everything is carefully