Contradictions politiques/121

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Contradictions politiques/121/120 Contradictions politiques/121/123

[original French]

core un chapitre, que nous aurons soin de rendre le plus court et le moins fatigant qu'il nous sera possible.


moins que sous le premier Empire, et comme si les tribunaux ordinaires n'étaient pas déjà assez élevés au-dessus de nous, déplorables républicains que nous sommes!

« Art. 104. La force publique est essentiellement obéis- sante. »—L'article 50 porte, d'autre part, que le Président de la République commande la force armee. En sorte que, le 2 décembre 1831, ni les gardes nationaux, gradés ou non gradés, à Paris et dans aucune ville; ni les militaires de l'armée de ligne, n'avaient le droit, comme tels, d'invoquer contre le coup d'État l'article 110, qui porte expressément :

« La constitution est confiée à la garde et au patriotisme de tous les Français. »

Si leur conscience de citoyens se trouvait en désaccord avec le devoir d'obéissance au Président, leur chef immédiat, ils ne pouvaient pas faire résistance. Leur devoir était d'abord d'obéir ; puis, après avoir quitté leurs uniformes et déposé leurs armes, de signer paisiblement dans leurs mairies et casernes une protestation respectueuse, s'ils en avaient le temps.

Voilà dans quel esprit a été conçue la constitution de 1848, et je n'en ai cité qu'un échantillon; voilà le monument du génie républicain en France, au xix" siècle. 11 en a coûté cent journées au moins de méditations profondes et de mûres délibérations à neuf cents élus de la démocratie, soit, en numéraire, une somme de 2,250,000 fr., sans compter les frais de bureaux, buvette, éclairage, chauffage; sans parler de l'impatience du pays, de la baisse des valeurs, de la stagnation des affaires, etc., etc., etc.

[English translation]

translated text...