Création de l'ordre dans l'humanité/104

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Création de l'ordre dans l'humanité/104/103 Création de l'ordre dans l'humanité/104/105

[original French]

organisées, ne le doit-elle pas surtout à cette compréhension générale des divers points de vue sous lesquels on peut considérer une plante, à ce mode de classification, le plus élevé de tous, qui résulte de la sériation même des séries?

487. D'après l'exemple que nous venons de citer, et qu'il serait aisé détendre à la zoologie, on voit que ce qui est impraticable dans une science le devient dans une autre : par exemple, que la compréhension simultanée des systèmes de numération est impossible, tandis que celle des séries botaniques ne l'est pas.

Cette observation acquerra tous les jours plus d'importance, à mesure que la science abordera des questions dont la solution directe serait hors de notre portée : c'est alors qu'on verra les sciences se venir en aide, et se prêter, indépendamment de toute analogie, le secours de leurs séries respectives.

188. Mais une chose qui importe davantage au progrès étala fixité des sciences, est la nécessité non-seulement d'en déterminer le point de vue et le mode sériel, mais de s'y attacher avec force et de n'en pas changer à tout propos. Parce que l'arithmétique est vraie dans une infinité de systèmes, s'ensuit-il que nous devions abandonner notre numération décimale aujourd'hui qu'elle a informé de son moule la société, la littérature, l'industrie, les sciences, notre intelligence elle-même? Et serait-ce faire preuve de c'apacité et d'un vrai génie mathématique, de mêler et de confondre dans les opérations les séries binaires, ternaires, septénaires, décimales et duodécimales? Quelle vérité pourrait exister dans de semblables calculs?...

Voilà pourquoi M. Dumas, défendant le système de Lavoisier contre les innovations de MM. Davy, Dulong, et autres chimistes de notre époque, s'écriait dans une de ses admirables leçons : « Dès qu'une théorie nrest pas appuyée sur quelque nécessité, je la repousse : il ne suffit pas qu'elle soit rigoureusement possible ; il faut qu'elle soit nécessaire, ou tout au moins utile, et basée sur des raisons solides. Il faut surtout, lorsqu'elle est destinée à en remplacer une autre, qu'elle soit mieux établie et plus raisonnable que celle qu'on s'apprête à renverser. »

Une telle manie d'innovation est assez rare chez les intelligences d'élite : ordinairement elle est le propre de ces esprits faibles, incapables par eux-mêmes d'aucune découverte, ne sachant que retourner celles des autres, et qui s'imaginent faire merveille lorsque, parvenus au haut de l'échelle, ils s'aperçoivent avec ravissement qu'ils ont autant de degrés à descendre qu'ils en avaient tout à l'heure à monter, et voudraient obliger les autres à les compter non plus de bas en haut, mais de haut en bas.

[English translation]

organized sciences, isn't it owing especially to this general comprehension of the various points of view under which one can consider a plant, to this mode of classification, the highest of them all, that results from the very seriation of the series?

187. According to the example that we have just quoted, and who it would be easy to extend to the zoology, one sees that what is impracticable in one science becomes practicable in another: for example, that the simultaneous comprehension of the numbering systems is impossible, while that of the botanical series is not so.

This observation will gain importance every day as science comes to tackle questions the direct solution of which would be out of our reach: at this point in time one will see the sciences come to our assistance, and lending the aid of their respective series, independently of any analogy.

188. But something that bears more importance for the progress and fixity of the sciences is the need not only for determining the serial mode and point of view, but for sticking to it forcefully and not changing on any subject. Because arithmetic is true in an infinity of systems, does it follow that we must today give up our decimal notation, which has shaped society, literature, industry, sciences, our very intelligence in its mold? And would this be to show a true mathematical capacity and genius, to mix and confuse in our operations the binary, ternary, septenary, decimal and duodecimal series? What truth could exist in such calculations? …

For this reason, M. Dumas, defending the system of Lavoisier against the innovations of MM. Davy, Dulong, and other chemists of our time, exclaimed, in one of his admirable lessons: “As soon as a theory is not supported on some necessity, I push it aside: it is not enough that it is rigorously possible; it must be necessary, or at least useful, and based on solid reasons. Especially when it is intended to replace another, one must see that it is better established and more reasonable than that which one is on the point of overturning.”

Such a mania for innovation is rather rare among elite intellects: usually it is the characteristic of feeble minds, incapable of any independent discovery, knowing only how to overturn those of others, and who think it a wonder when, arriving at the top of the stairs, they realize with rapture that they have as many steps to descend as they had ascended a few moments ago, and would like to oblige others to count them not from bottom to top, but from top to bottom.