Création de l'ordre dans l'humanité/119

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Création de l'ordre dans l'humanité/119/118 Création de l'ordre dans l'humanité/119/120

[original French]

énoncé (183), que l'esprit peut trouver dans la nature, selon le point de vue où il se place, une multitude de systèmes, tous également vrais, bien que la nature elle-même n'en adopte exclusivement aucun.

Voici un échantillon de cette transcription. Je prends pour base ou formule de système ternaire la classification ordinaire par règnes, minéral, végétal, animal; c'est-à-dire, la matière, la vie, l'esprit; classification à laquelle se rapporte la série ontologique : substance, cause, rapport (1). Puis, divisant les sciences, selon qu'elles sont descriptives, cnonciatives de phénomènes; ou qu'elles étudient les forces, les mouvements, progrès, altérations, changements; ou enfin qu'elles formulent des lois et déterminent des rapports, j'arrive à une distribution des sciences aussi exacte, aussi régulière que celle trouvée par M. Ampère.

Ainsi cet auteur divise la Zoologie en quatre parties : Zoographie, Anatomie, Anatomie comparée, Physiologie, correspondantes chacune aux quatre moments de l'observation scientifique : étude externe, observation interne, étude comparative, étude des mouvements vitaux.

Dans le système ternaire, établi sur d'autres considérations, la Zoographie et l'Anatomie, l'observation externe et l'observation interne ne sont qu'un : c'est-à-dire qu'elles formeront une science unique, embrassant la description complète de l'être, intus et in cute, la nature n'ayant ni dedans ni dehors, et le degré de notre pénétration ne changeant rien à l'espèce des phénomènes. Cette science, purement descriptive, et pour ainsi dire matérielle, est le premier terme de la série.

La Physiologie, étude des forces vitales, de leur action et de leur influence, rejetée par M. Ampère au 4° rang, occupera ici la 2e place; le plus ou le moins de difficulté que nous coûtent nos découvertes, l'ordre dans lequel elles se suivent ne touchant point à la nature, qui procède, elle, simultanément et synthétiquemcnt, La Physiologie, science de la vie, se classe régulièrement sous le règne végétal, qui nous montre la vie séparée de l'esprit.

Enfin, l'Anatomie comparée, ou Zoonomie, étude des rapports et des lois de l'organisation, dont les degrés divers correspondent aux divers degrés des manifestations de l'esprit, forme régulièrement le 3° terme de cette série.

On voit d'après cela que le système de M. Ampère, ayant pour


(1) Cette division revient à la définition de l'homme par M. P. Leroux : L'homme est sensation-sentiment-connaissance; et à la formule psychologique de M. Cousin: Sensibilité, Activité, Raison.

[English translation]

[§ 183], that the spirit can find in nature, according to the point of view where it is placed, a multitude of systems, all also true, although nature itself does not adopt exclusively any of it.

Here a sample of this transcription.

I take for base or ternary formula of system ordinary classification by reigns, mineral, plant, animal; i.e., matter, life, the spirit; classification to which is referred the ontological series: substance, causes, relation (1). Then, dividing sciences, according to whether they are descriptive, énonciatives of phenomena; or that they study the forces, movements, progress, deteriorations, changes; or finally that they formulate laws and determine relations, I arrive at a distribution of sciences also exact, as regular as that found by M. Ampère.

Thus this author divides the Zoology into four parts: Zoography, Anatomje, Comparative anatomy, Physiology, corresponding each one to the four moments of the scientific observation: external study, internal observation, comparative study, the study of vital motion.

In the ternary system, established on other considerations, Zoography and Anatomy, external observation and internal observation, are but one: i.e. they will form a single science, embracing complete description of the being, intus et in cute, nature not having have inside nor outside, and the degree of our penetration not changing anything with the species phenomena. This science, purely descriptive, and so to speak material, is the first term of the series.

Physiology, the study of vital forces, their action and their influence, demoted by M. Ampère to the 4th place, will occupy the 2nd place here; more or less difficulty than cost us our discoveries, the order in which they are followed not touching the nature, which proceeds simultaneously and synthetically. Physiology, the science of life, is classified regularly under the vegetable kingdom, which shows us the separate life of the mind.

Lastly, Comparative Anatomy, or Zoonomy, the study of the relations and laws of organization, the various degrees of which correspond to the various degrees of the manifestations of the mind, regularly forms the 3rd term of this series.

One sees according to that that the system of M. Ampère, having


(1) This division returns to the definition of the man by M. P. Leroux, Man is sensation-sentiment-knowledge; and to the psychological formula of M. Cousin: Sensibility, Activity, Reason.