Création de l'ordre dans l'humanité/126

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Création de l'ordre dans l'humanité/126/125 Création de l'ordre dans l'humanité/126/127

[original French]

durée, etc.), ses unités sont plus nombreuses ; elle est d'autant plus espacée ou plus rare, que, sous la même amplitude, ses unités sont d'une plus forte dimension, ou plus distantes entre elles. La division du mètre en centimètres et millimètres nous offre un exemple de ces deux séries.

De même aussi, la distance moyenne de la terre au soleil étant -de 12,000 fois le diamètre terrestre, et la distance moyenne de la lune de 43,000 fois environ le diamètre lunaire, bien que ces deux distances soient la même quant à la longueur absolue, celle de la lune au soleil forme une série plus serrée, celle de la terre au même astre une série plus spacieuse.

Il faut en dire autant de la division du mois en semaines ou en décades; de la division du jour en 10 ou 24 parties.

On peut faire encore la même observation en comparant ensemble soit des machines, soit des organismes : par exemple, une montre de six lignes de diamètre à l'horloge d'une cathédrale,une fourmi à un éléphant.

Enfin, dans les classifications botanique et zoologique, certains genres comprennent de nombreuses espèces; d'autres se réduisent à une seule unité. Dans ce dernier cas, la série pourra être dite commencée, sauf à prouver ensuite que ce genre monoïque n'est pas, si j'ose ainsi dire, un carrefour ou une impasse dans i'infmi des combinaisons sérielles.

225. Deux séries qui diffèrent seulement par le nombre de leurs unités, leur amplitude absolue étant la même, sont équivalentes; deux séries dont les unités sont égales et l'amplitude diffère, sont semblables ou homologues; deux séries qui ne diffèrent ni par l'amplitude ni par les unités sont identiques.

226. La propriété qu'a la série d'embrasser, sous une même amplitude, un nombre toujours croissant d'unités, joue un grand rôle dans les sciences et les arts. J'ai fait remarquer déjà que la force des tissus, tant organiques qu'industriels, est due à la division de leurs parties : c'est par elle aussi qu'un toit de chaume offre plus de résistance au passage du calorique qu'un toit de planches ou de tuiles, bien que la masse à traverser dans le premier soit dix fois moindre que dans le second (1). Le bûcheron qui d'un rameau


(1) On dira peut-être que la propriété de conserver ou de transmettre le calorique tient à la nature chimique des corps, et point du tout à la division des masses. Mais qu'est-ce que la nature chimique des corps, ou telle autre quicldité abstraite qu'il plaira d'invoquer ici? Pour moi, je vois qu en général les corps les plus denses, et dont la constitution moléculaire est a mieux sériée (comme les métaux), sont les meilleurs conducteurs du calorique; tandis que ceux qui, sous un même volume,renferment

[English translation]