Création de l'ordre dans l'humanité/127

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Création de l'ordre dans l'humanité/127/126 Création de l'ordre dans l'humanité/127/128

[original French]

fragile se fait par la torsion, c'est-à-dire par la division des Obres, un lien puissant obéit instinctivement à cette loi.

En mathématiques, on a recours au même principe pour toutes sortes d'approximations : ainsi, le rapport de la circonférence au diamètre ne pouvant être obtenu directement, on s'en approche autant qu'on veut par la démonstration d'Archimède. — L'insertion des moyens arithmétiques rend le même service dans l'extraction des racines qu'on ne peut déterminer en nombres entiers.

La musique produit ses plus grands effets à l'aide de ce procédé, tantôt renfermant sous une même mesure depuis une jusqu'à soixante-quatre notes; tantôt divisant le ton en semi-tons, aussi loin que puisse aller la sensibilité de nos organes.

C'est par une série de cette espèce que l'économie politique opérera la transition de notre société anarchique et subversive à une société régulièrement organisée. Alors on verra que, sans sortir de la légalité établie, il est toujours possible d'insérer, entre une forme de gouvernement, si arbitraire et entachée de privilèges qu'elle soit, une série de réformes partielles telle, que l'on arrive rapidement et sans secousse à une parfaite égalité.

227. B) Raison de la série.

Ce qui donne la forme à la série, est le rapport soit d'identité, soit d'égalité ou de différence, soit de puissance, de progression, de composition, etc., de ses unités.


le moins de matière, ou dont les parties constituantes sont confuses, obscures, peu ou point sériées, comme le bois, l'argile, les graisses, le sable, un tas de paille, ou une balle de coton, sont mauvais conducteurs.

Mais ici l'on peut faire une objection : comment la série est-elle, pour les métaux, cause de conductibilité, et, pour un toit de chaume, par exemple, cause de non-conductibilité? 11 faut distinguer : tout est série dans la nature; or, puisque nous voyons qu'il s'y passe des phénomènes opposés, il faut bien que des séries diverses produisent des effets contraires. Or, c'est ce que nous voyons ici : la série moléculaire des métaux laisse un passage facile au calorique; taudis que les poils d'un mérinos, serrés les uns contre les autres, outre la série de leurs molécules constituantes, focnient entre eux une série nouvelle, qui corrige l'effet de la première.

Cela est si vrai qu'un homme qu'on exposerait a nn froid vif dans une boite de sapin hermétiquement fennée courrait risque de geler, tandis que la même planche qui lui sert de prison, divisée en copeaux longs et soyeux, pourrait servir à lui faire une chaude fouTrure. La substance des poils n'est-elle pas la même que celle de la corne ? Pourquoi donc la nature a-t-elle revêtu les animaux de poils, afin de les préserver du froid, au lieu de les cuirasser comme des homards et des tortues? Pourquoi la composition des sept couleurs en une série élémentaire produit-elle la lumière blanche, tandis que leur réunion en une série artificielle, par la superposition de verres de couleur, produit la plus profonde obscurité ?...

[English translation]