Création de l'ordre dans l'humanité/353

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Création de l'ordre dans l'humanité/353/352 Création de l'ordre dans l'humanité/353/354

[original English]

Au moment de terminer cet ouvrage, l'étendue du chemin qui nous reste à parcourir nous suggère cette réflexion. L'Économie politique, renfermée depuis A. Smith dans le cercle restreint de la production, de la circulation, des valeurs, du crédit, de la rente, de l'impôt, l'Économie politique embrasse encore l'organisation de l'atelier et du gouvernement, la législation, l'instruction publique, la constitution de la famille, la gérance du globe : elle est la clef de l'histoire, la théorie de l'ordre, le dernier verbe du Créateur. Par ses aspects divers, elle louche à la psychologie, à la morale, à l'histoire naturelle, à la médecine et à l'art; plus qu'aucune autre science, enfin, elle contribuera à la solution de ces vastes problèmes : Qu'est-ce que l'homme? d'où vient-il? où va-t-il? — Qu'est-ce que le mal? qu'est-ce que Dieu?...

544. A la vue de cette immense carrière, le lecteur studieux comprendra sans doute qu'après avoir, dans les chapitres qui précèdent, donné seulement des formules de thèses et de résumés, nous ne puissions plus fournir dans celui-ci que des indications. Quant aux critiques amateurs, nous leur permettons volontiers de. s'exclamer contre un livre qui, aspirant à réformer le monde, se tait obstinément sur la cosmogonie, la théologie, la transmigration des âmes, et la discession des héroës, comme dit Rabelais; qui, annonçant la restauration des mœurs et l'égalité des conditions, ne dit mot d'architecture, de musique et d'amour, et semble faire abstraction de la femme. A ces mouches importunes nous nous contenterons de répondre : Suivez notre exemple; travaillez vous- mêmes au lieu de discourir, et vous obtiendrez infailliblement les solutions que vous cherchez.

545. Rien de ce qui intéresse l'Humanité ne sera omis dans nos études : mais la science ne se fait pas d'un jour : il suffit, pour le moment, que la méthode en soit trouvée, et que par elle nous soyons désormais à l'abri de l'erreur..D'ailleurs, il est des choses qui ne se préjugent pas. Quel chrétien des trois premiers siècles aurait deviné l'architecture gothique et la chevalerie ? Le christianisme renfermait le principe d'un art nouveau et le type d'une famille nouvelle : or, lisez les écrits de ses premiers auteurs, depuis Paul apôtre jusqu'à l'évêque Ambroiseet au delà; partout vous trouvez le mépris des vanités du monde, la condamnation de la chair, la proscription de l'amour, l'humiliation de la femme. L'idée vague d'une transformation universelle (catholique) préoccupait 1es esprits : mais nul ne pouvait dire ce qu'amènerait cette transformation. Les prêtres s'attachaient à développer la parole évangélique, confiants dans les promesses du Maître: et le monde obéissait, sans faire d'objection et sans murmurer, parce que le monde

[French translation]

At the moment of ending this work, the extent of the road that remains before us suggests to us this reflection. Political economy, which has been enclosed, since Adam Smith, in the narrow circle of production, circulation, values, credit, rent, and taxation, also includes the organization of the workshop and of the government, legislation, public instruction, the constitution of the family, the management of the globe: it is the key to history, the theory of order, the last word of the Creator. In its various aspects, it touches on psychology, morals, natural history, medicine and art; more than any other science, finally, it will contribute to the solution of these vast problems: What is man? Where does he come from? Where is he going? — What is evil? What is God?...

544. In view of that immense career, the studious reader will doubtless understand that after having, in the preceding chapters, given only some formulas of theses and some summaries, nous ne puissions plus furnish in this one anything but indications. As to the amateur critics, we willingly allow them to exclaim against a book which, aspiring to reform the world, remains obstinately silent on cosmogony, theology, the transmigration of souls, and the discession of heroes, as Rabelais said; that, announcing the restoration of morals and the equality of conditions, says not a word about architecture, music, and love, and seems to make abstraction of woman. To these importunate objections, we will content ourselves to respond: Follow our example; do the work yourselves instead of talking about it, and you shall infalliably obtain the solutions that you seek.

545. Nothing of that which interests Humanity shall be omitted from our studies, but a science is not made in a single day: it is enough, for the moment, that the method has been found, and that through it we are henceforth sheltered from error. Besides, there are things that are not prejudiced. What Christian of three centuries previous would have imagined Gothic architecture and chivalry? Christianity contained the principle of a new art and the type of a new family: now, read the writing of its first authors, from the apostle Paul to the évêque Ambroise and beyond; everywhere we find the distrust of the vanities of the world, the condemnation of the flesh, the proscription of love, the humiliation of woman. The vague idea of a universal (catholic) transformation preoccupied minds: but nothing could be said that would lead to that transformation. The priests dedicated themselves to developing the evangelical word, trusting in the promises of the Master: and the world obeyed, without objecting and without murmuring, because the world