De l'abolition des castes et de l'organisation de l'égalité

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search

[from Equality]

L'ABOLITION DES CASTES,

ET DE

L'ORGANISATION DE L'ÉGALITÉ.

Les amis qui écriront avec moi dans cette Revue me confèrent l'honneur de marquer, dès le début, le caractère de l'œuvre que nous entreprenons de concert.

Trop souvent les journaux ne sont qu'une spéculation : vendus au capital, consacrés à l'intrigue, ils n'ont pour but que les passions, pour levier que les passions.

Pour qui connaît Dieu, un journal est un temple. Nous consacrons cette Revue à Dieu sous l'invocation de l'ÉGALITÉ HUMAINE.

J'ai démontré ailleurs (1) que la société actuelle, sous quelque rapport qu'on la considère, n'a d'autre base que le dogme de l'égalité, ce qui n'empêche pas que ce soit l'inégalité qui règne.

Dieu nous aurait-il donc inspiré une idée dont la pratique serait chimérique, impossible? Kn ce cas, Dieu ne serait pas le Créateur éternel, le Vivificateur, le Tout-Puissant, le Tout-Aimant dont l'image est dans notre cœur.

Non, il n'en est pas ainsi. Ce dogme de l'égalité est réalisable, et se réalisera. Mais il n'est réalisable qu'à la condition d'un progrès qui doit s'accomplir dans notre cœur et dans notre intelligence. Ce dogme de l'égalité est un héritage qui nous a été transmis imparfait par nos pères, et que nous devons transmettre h notre tour plus (datant et mieux révélé que nous ne l'avons reçu. Ce dogme est la vie morale qui nous vient du passé, et que nous devons léguer accrue à l'avenir. Car tout se lie dans les manifestations successives de l'être. Le présent, engendré du passé, est gros de l'avenir, dit admirablement Lcibuitz.

Le dix-huitième siècle, satisfait d'un commencement de lumière dans cette nuit si obscure du passé, écrivit, par la plume de Vol- laire, au bas du livre de Montesquieu : L'Humanité avait perdu ses titres y Montesquieu les a retrouves, et les lui a rendus. C'est liousseau qui méritait cet éloge. Quant ù Montesquieu, je ne vois pas quels titres de l'Humanité il a retrouvés et rendus, lui qui admettait la monarchie, l'aristocratie,. la noblesse, le clergé, la bourgeoisie, la plèbe, lui qui admettait la richesse et la pauvreté,

lui qui admettait, en un mot, tous les genres d'inégalité (1).

De vrais sophistes ont traité liousseau de sophiste, et se sont ri de son œuvre immortelle. L'hypocrisie et le mensonge, à la solde delà tyrannie, se sont fait une arme contre lui de ce qu'il n'avait apporté d'autres preuves en faveur de l'égalité que des preuves de sentiment. Ils n'ont pas réfléchi que la métaphysique et l'histoire manquèrent à Rousseau, quand il osa prendre en main la cause de l'Humanité (2). Ainsi destitué des secours nécessaires, Rousseau ne put faire entendre qu'une plainte. Mais cette plainte en faveur de l'Humanité est vraie, fondée, immortelle, aussi immortelle que la plainte que Jésus avait fait entendre autrefois eu faveur <!< celte même Humanité.

« Semblable, s'écrie-t-il, semblable à la statue de Glaucus, que »1ctcffl|M, la mer, et les orages, avaient tellement défigurée, qu'elle » ressemblait moins à un Dieu qu'à une bête féroce, l'âme humaine, » altérée au sein de la société par mille causes sans cesse renaissantes, » par l'acquisition d'une multitude de connaissances et d'erreurs, » par les changements arrivés à la constitution des corps, et par le » choc continuel des passions, a pour ainsi dire changé d'apparence » au point d'être presque méconnaissable ; et l'on n'y retrouve plus, » au lieu d'un être agissant toujours par des principes certains et «invariables, au lieu de cette céleste et majestueuse simplicité » dont son auteur l'avait empreinte, que le difforme contraste de » la passion qui croit raisonner et de l'entendement en délire (3). »

L'œuvre entière de Rousseau est là, dans cette pensée de la supériorité de l'âme humaine sur la condition humaine. L'âme humaine est un Dieu, est faite à l'image de Dieu, et elle se trouve ressembler à une bête féroce. Sophistes qui traitez Rousseau de sophiste, voilà un siècle (4) que cette pensée de Rousseau occupe- les hommes; elle a relevé l'Humanité :

Os liomini sublime dédit, cœlumque tueri

Jussit.

En mettant l'idéal dans la foret primitive, Rousseau a pu se tromper; mais il a fait voir l'idéal, et a excité les hommes à le chercher dans l'avenir.

Job, affligé de maux et couvert d'opprobre par la permission de Dieu, gémit sur sa couche de cendre. Les sages de la contrée lui représentent combien sa plainte est vaine, et finissent par la déclarer impie et sacrilège. Ces hommes savants, ces pieux personnages , satisfaits du présent, se garderaient bien d'incriminer eu rien l'œuvre de Dieu; ils redisent à l'envi à Job tous les vieux adages et tous les lieux communs avec lesquels on a coutume de légitimer le fait et le présent. Job est dans les ténèbres ; il n'a que le sentiment de justice que Dieu a mis dans son cœur. Mais, fort de ce sentiment, il oserait contester contre Dieu môme. Il traite les

(1) Nous ne pensons pas qu'on nous accuse d'injustice envers Montesquieu , parccque nous lui refusons un éloge qui appartient il Rousseau. Dans tous les cas, la suite même de cet écrit nous disculperait.

(2) Du temps de Rousseau, l'histoire n'était pas une science, mais un récit dt« (mis, et un récit tronqué et fragmentaire. La philosophie de l'histoire était, comme dit Bacon, un desideratum, puisqtie ce furent en partie les efforts de Rousseau qui la provoquèrent, A défaut de l'histoire » existait-U au moins une psychologie, où l'on pût s'appuyer pour raisonner convenablement sur la nature de l'homme ? non : cette psychologie véritable pouvait être en germe dans Lcilmilz, mais Leibnitz était bien loin d'Otre compris; ce qui élait populaire, c'était le sensualisme, c'était Condillac. -

(3) De l'inégalité da condition*, préface.