De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/101

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/101/100 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/101/102

[original French]

fait commencer par Jupiter, est la plus grande originalité de mon ouvrage. L'honneur en revient à la philosophie naturelle, qui est celle du sens commun.

Par cette méthode, dont tout le secret consiste à suivre l'histoire, s'expliquent, et les aberrations du sens moral chez les anciens, et la supériorité croissante des modernes, et la nature ainsi que le rôle du principe religieux, et la longue impuissance des philosophes à asseoir sur des bases certaines la science des mœurs, heureux quand ils ne mettent pas leur idéologie au service des interêts régnants ou de leur secrète ambition.

J'avoue, du reste, que je n'ai pas eu à faire de grands frais d'érudition. L'histoire a été largement, profondément fouillée ; les matériaux sont à découvert, et je me suis fait une règle de donner la préférence aux plus authentiques. J'ai cru que mon travail, quelque soin que j'y apportasse, ne pouvait être considéré que comme un appel ; que pour écrire la bible de la Révolution, il ne fallait pas moins qu'un vaste concours d'intelligences, recommençant sur nouveaux frais le dépouillement de l'antiquité, du moyen âge et des temps modernes. J'en ai conclu que mon unique soin devait être de bien poser mes jalons, sûr que par la manière dont ils seraient posés et leurs résultats indiqués, l'histoire se révélant, sous un nouveau jour, montrerait comme en un panorama le pensée, la puissance et toutes les richesses de la Révolution.

Peut-être me reprochera-t-on de ne m'être pas tenu aux faits de l'histoire, appuyés des témoignages de la philologie et de la littérature, et d'avoir donné dans mes dissertations une certaine place à l'anecdote. — J'ai pensé que la science des mœurs devenant tout expérimentale, l'expérimentation ne devait rien exclure, à peine de se mutiler et de faillir à la vérité. Toute acte de la vie publique et domestique, collective et individuelle, est à mes yeux du domaine de la science; et ce n'en est pas, bien souvent, la partie la moins instructive.

Je n'ai pas été aussi court que je l'eusse voulu : le moment n'est pas venu pour la Révolution de faire des étrennes mignonnes et des catéchismes. A une cause menacée dans son existence, ce qu'il faut, ce sont des démonstrations, des faits, de la science. Tout cela prend du temps

[English translation]

makes it start with Jupiter, is the greatest originality of my work. Honor returns from there to the natural philosophy, which is that of common sense.

By this method, the entire secret of which consists in following history, we can explain the aberrations of the moral sense among the ancients, the increasing superiority of the moderns, the nature and role of the religious principle, and the long impotence of the philosophers to place on unquestionable bases the science of manners, happy when they do not place their ideology at the service of the reigning interests or of their secret ambition.

I acknowledge, for the remainder, that I did not have to make great efforts of scholarship. The history, largely, was deeply excavated; the materials were lacking, and I had a rule to give the preference to most authentic. I believed that my work, some care that I brought there, could be regarded only as one call; that to write the bible of the Revolution, one did not have less than one vast contest of intelligences, starting again on new expenses the examination of antiquity, the Middle Ages and modern times. I concluded from it that my single care was to be to plant my stakes well, sure that by the way in which they would be posed and their results indicated, the history appearing, under a new day, would show as in a panorama the thought, the power and all the richnesses of the Revolution.

Perhaps one will reproach me for being preoccupied with the facts of history, supported the testimonies of philology and literature, and to have given in my dissertations a certain place to the anecdote. – I thought that the science of manners becoming very experimental, the experimentation was not nothing to exclude, hardly to mutilate themselves and fail in the truth. Any act of the life public and domestic, collective and individual, is in my eyes of the field of science; and it is not, very often, the least instructive part.

I have not been as brief as I had wished to be: the moment did not come for the Revolution to make nice New Year's gifts and catechisms. With a cause threatened in its existence, which it is necessary, they are demonstrations, facts, science. All that takes time