De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/127

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/127/126 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/127/128

[original French]

faculté à la destinée générale. Ainsi, parmi les abeilles, la communauté résulte de l'organisation des individus, ou -pour mieux dire, c'est cette organisation qui est déterminée par les exigences de la vie commune. La pluralité des femelles impliquant la pluralité des familles, et celle-ci entraînant la dissolution de la communauté, il n'y a, pour toute la communauté, qu'une femelle, une reine, représentant de l'unité sociale, et dont la fécondité suffit à l'entretien de la population. Cette reine est servie par sept ou huit rois, qui sont tués dès que la ponte les a rendus inutiles. Les ouvrières n'ont pas de sexe, c'est à dire rien qui les porte au schisme et à la division. Tout leur amour, toute leur âme, tout leur bonheur est dans la ruthe, dans le bien-être de la communauté, hors de laquelle elles périssent comme des créatures sans raison d'existence, des membres dont la vie centrale s'est retirée.

Voilà la communauté, telle que la demande la logique et que la réalise la nature.

Or, en faisant les hommes semblables et, sinon tout à fait égaux, du moins à peu près équivalents.; en leur donnant un sentiment exalté de leur dignité ; en créant les individus des deux sexes en nombre égal; en posant elle- même dans la formation des couples la distinction des familles, la nature ne paraît pas avoir voulu pour l'homme d'une subordination aussi meurtrière. Elle lui laisse la personnalité. Elle veut que tout en s'associant il reste libre. Quelle sera la iorme de la société humaine, si elle n'est pas communiste? Par quelle vertu, par quelle loi, l'homme, en multipliant sa puissance par l'association, conservera-t-il néanmoins son action personnelle et son libre arbitre? Voilà ce que depuis des siècles le genre humain cherche avec ardeur ; c'est pour cela qu'il a renversé les uns sur les autres tant de gouvernements divers, dont la tendance absolutiste et la tyrannie le ramenaient au communisme animal ; pour cela qu'aujourd'hui, en affirmant plus haut que jamais sa sociabilité, il y met toujours pour condition première, la Liberté.

XII. — Mais si la communauté nous est organiquement antipathique, la liberté à son tour, même excitée par le motif d'intérêt, ne suffit pas non plus à la constitution de

[English translation]

faculty to the general purpose. Thus, among the bees, the community results from the organization of the individuals, or – to put it better – it is this organization that is determined by the requirements of life in common. The plurality of the females implying the plurality of families, and thus entailing the dissolution of community, there is but one female for the whole community, a queen, representative of the social unit, whose fecundity is enough to sustain the population. This queen is served by seven or eight kings, who are killed as soon as egg-laying has made them useless. The workers do not have a sex, i.e. nothing that would lead them to schism and division. All their love, all their heart, all their happiness is in the hive, in the well-being of the community, outside of which they would perish like creatures without a reason for existence, members from which the central life had been withdrawn.

Here is community, such as logic demands it and nature realizes it.

However, in making men similar and, if not completely equal, at least roughly equivalent to one another; in giving them an exalted feeling of their dignity; in creating individuals of the two sexes in equal number; in positing, through the formation of the couples, the distinction of families, nature does not appear to have wished such a fatal subordination for man. She allows him personality. She wishes that while joining, he should remain free. What will be the shape of human society, if it is not communist? By what virtue, by what law, shall man, in multiplying his power by association, nevertheless preserve his personal action and his free will? Here is what mankind has so hotly pursued across the centuries; therefore it overturned so many various governments, whose absolutist tendency and tyranny reduced it to animal communism; here is why, today, while affirming its sociability more highly than ever, it always places Freedom as its first condition.

XII. — But if community is organically antipathetic for us, freedom, in its turn, even excited by the reason of interest, is no more sufficient to