De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/13

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/13/12 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/13/14

[original French]

de plus, la soustraction est l'inverse de l'addition, et la division l'inverse de la multiplication; en résumé, que toutes ces opérations, et d'autres encore plus difficiles qui s'en déduisent, se ramènent à l'art de composer et de décomposer la série des nombres. A-t-il pour cela le droit de se croire supérieur à l'autre, en nature et dignité? Non certes : toute la différence est que l'un a appris plus que l'autre; mais la raison est la même chez tous deux, et c'est pour cela que le législateur, révolutionnaire et philosophe tout à la fois, a décidé qu'il ne serait fait entre eux aucune acception de personne. C'est pour cela, enfin, que la civilisation moderne tend invinciblement à la démocratie : là où règne la philosophie, où par conséquent l'identité de la raison philosophique est reconnue, la distinction des classes, la hiérarchie d'église et d'état, est impossible.

On peut faire des raisonnements analogues sur tous les genres de connaissances, et toujours on arrivera à cette conclusion décisive, que, pour quiconque sait, la certitude est de même qualité et degré, nonobstant l'étendue du savoir; de même, pour quiconque saisit le rapport de plusieurs objets ou de plusieurs idées, la synthèse est aussi de même qualité et forme, nonobstant la multitude des rapports saisis. Dans aucun cas, il n'y a lieu de distinguer entre la raison du peuple et la raison du philosophe.

§ IV. — Origine des idées.

Ici est la grande tentation, je devrais dire la grande conspiration des philosophes; ici est aussi leur châtiment.

Ce principe si lumineux, si simple, que pour connaître la raison des choses, il faut de toute nécessité les avoir vues, n'a pas toujours été, le croirait-on? admis en philosophie. Sans parler de ceux, en fort grand nombre, qui aspiraient à sonder la nature des choses, il s'est rencontré de profonds génies qui se sont demandé si l'esprit humain, si subtil et si vaste, ne pouvait pas, par une méditation concentrée sur lui-même; arriver à cette intelligence de la raison des chose», laquelle n'est, après tout, que l'intelligence des lois de l'esprit; si l'homme qui pense avait tant besoin, pour s'instruire, de compulser une nature qui ne

[English translation]

more, subtraction is the opposite of addition, and division the opposite of multiplication; in summary, that all these operations, and others more difficult which are deduced from them, come down to the art of composing and decomposing the series of numbers. Does this give him the right to believe himself superior to the other, in nature and dignity? Certainly not: the only difference is that one has learned more than the other; but reason is the same for both of them, and this is why the legislator, at once a revolutionary and a philosopher, has decided that he will take no account of persons. It is for this reason, finally, that modern civilization tends invincibly to democracy: where philosophy reigns, where as a consequence the identity of philosophical reason is recognized, the distinction of classes, like the hierarchy of church and State, is impossible.

We can make analogous arguments about all of the genres of knowledge, and we will always arrive at that decisive conclusion, that, for whoever knows, certainty is of the same quality and degree, despite extend of the knowledge; just as, for whoever grasps the relation of several objects or ideas, the synthesis is of the same quality and form, despite the multitude relations grasped. In no case will there be room to distinguish between the reason of the people and the reason of the philosopher.

§ IV. — The origin of ideas.

Here is the great temptation, I should say, the great conspiracy, of the philosophers; here, too, is their chastisement.

This principle, so luminous, so simple, that in order to know the reason of things, it is necessary to have seen them, has not always been accepted (can you believe it?) in philosophy. Without speaking of those who, in such great numbers, aspired to plumb the depths of the nature of things, one finds profound geniuses who have asked if the human mind, so subtle and vast, could not, by means of a concentrated meditation on itself, arrive at that knowledge of the reason of things, which is only, after all, the knowledge of the laws of the mind; if man, the thinker, really needs, in order to learn, to consult an unthinking nature;