De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/14

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/14/13 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/14/15

[original French]

pense pas; si une aine créée à l'image de Dieu, l'ordonnateur souverain, ne possédait pas, en vertu de son origine divine, et antérieurement à sa communication avec le monde, les idées des choses, et si véritablement elle avait besoin du contrôle des phénomènes pour en retrouver les idées, c'est à dire les exemplaires éternels. Je pense, donc je sais, .cogito, ergo çagnosco; tel est le principe de ces archi^spiritualistes philosophes. Jamais cerveau sorti des rangs du peuple n eût conçu une pareille chimère. Quelques-uns interprétant à leur manière le dogme hyper-physique de la création, sont allés jusqu'à prétendre que les réalités extérieures sont des produits de la pensée pure, le monde une expression de l'esprit, -eç sorte qu'il suffisait d'avoir la pleine possession de l'Idée, innée dans notre âme, mais plus ou moins obscurcie, pour avoir, sans plus ample informé, la raison et saisir jusqu'à la nature de l'univers!

Cette manière de philosopher, qui dispenserait de jtoujte observation et expérience, si elle eût été justifiée par le moindre succès, serait, il faut l'avouer, fort attrayante et on ne peut plus commode. Le philosophe ne serait plus ce laborieux explorateur, gagnant le pain de son âme à la sueur de son visage, toujours exposé à l'erreur par l'omission du moindre détail, n'arrivant qu'à une compréhension restreinte, n'obtenant souvent, au lieu de certitude, que des probabilités, et parfois s'éteignant dans le doute, après avoir vécu dans l'affliction d'esprit. Ce serait un voyant, un thaumaturge, un émule de la Divinité, disposant en souverain de la pensée, pour ne pas dire de la puissance créatrice, et lisant couramment les mystères du Ciel, de la Terre et de l'Humanité, au foyer de la pensée divine. L'ambition, comme on voit, n'a jamais fait défa,ut aux philosophes.

D'où pouvait venir cette présomption titanique?

De bonne heure on avait confusément senti, ce que la philosophie observatrice éclaircit plus tard, que, dans la formation des idées, la perception des phénomènes ne rend pas raison de tout ; que l'entendement, par la constitution qui lui est propre, y joue un rôle; que l'âme n'est pas exclusivement passive dans ses conceptions, mais qu'en recevant les images ou impressions du dehors elle

[English translation]

does not think; if a soul created in the image of God, the sovereign organizer, did not possess, by virtue of its divine origin, and prior to its communication with the world, the ideas of things, and if it truly needed the control of phenomena in order to recognize ideas, that is, eternal exemplars. I think, thus I know, cogito, ergo cognosco such is the principle of these arch-spiritualist philosophers. Never has a brain which came from the ranks of the people conceived of a chimera like that. Some, interpreting in their own way the hyper-physical dogma of creation, go so far as to pretend that external realities are products of pure thought, and the world an expression of mind, so that it would be enough to have the full possession of the Idea, innate it our soul, but more or less obscured, in order, without further information, to possess the reason and grasp the very nature of the universe!

That manner of philosophizing, which would dispense with all observation and experience, if it had been justified by the least success, would be, we must admit, very attractive and could not be more convenient. The philosopher would no longer be that labored explorer, winning the bread of his soul by the sweat of his brow, always exposed to error by the omission of the least detail, reaching only a limited comprehension, obtaining often, instead of certainty, only probabilities, and sometimes ending in doubt, after having lived through an affliction of mind. Ce would be a clairvoyant, a thaumaturge, a rival to the Divinity, directing thought as a sovereign, to say nothing of creative power, and reading fluently the mysteries of Heaven, Earth and Humanity, at home with the divine thought. Ambition, as one sees, is never lacking among the philosophers.

Where does this titanic presumption come from?

From the start we have sensed, in a confused manner, what philosophical observation later clarified, that, in the formation of ideas, the perception of phenomena does not render reason by itself; that the understanding, by the constitution which is proper to it, plays a role; that the soul is not exclusively passive in its conceptions, but that in receiving the images or impressions from outside it,