De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/157

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/157/156 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/157/158

[original French]

ce mot est le genre dont les pronoms meum, tuum, suum, sont les espèces, c'est à dire qu'il indique le propre de l'homme, sans désignation de personnes ; ce que donne à entendre la définition rapportée plus haut : Jus est suum cuique tribuere.

De la notion, essentiellement subjective, du droit, Jus, dérive celle de la Justice, Justitia, définie par Ulpien : Justitia est constans et perpétua voluntas jus suum cuique trïbuendi, la Justice est une disposition constante et soutenue à rendre à chacun ce qui lui appartient ; et mieux encore par Cicéron (De Inventione, lib. II, n. 53) : Justitia est animi habitus, communi utilitate comparatâ, suam cuique trïbuens dignitatem, la Justice est une disposition du cœur par laquelle, sous réserve de l'intérêt général, nous reconnaissons à chacun sa dignité.

Cette conception latine du Droit, de la Loi et de la Justice, ne laisse place à aucune équivoque : la question assez ridicule, si le droit vient du devoir ou le devoir du droit, n'y saurait naître; la langue s'y oppose. Le droit pour chacun est ce que suppose sa nature, que réclament son existence et sa dignité ; la Justice est la reconnaissance par chacun de ce droit, que détermine et sanctionne d'ailleurs la religion, véritable mère de la Loi. Le droit est inhérent à l'homme, comme l'attribut au sujet, indépendamment de toute constitution sociale. La loi ne fait que le déclarer, et, au nom de la religion, en commander le respect. Telle est la conception romaine ; c'est au fond celle de tous les peuples.

IV. — Ainsi, par son origine et par sa base, le droit est individualiste, égoïste. L'idée de mutualité ne s'y rencontre pas encore : elle est remplacée par le commandement divin. Le respect du droit d'autrui, d'après cette théorie naïve, ne vient pas en moi du droit même, c'est à dire, de la même source que le sentiment de ma dignité ; il vient d'une autre cause. Eu réalité, l'homme ne connaît qu'un droit, qui est le sien ; il ne soupçonne le droit en autrui que grâco à la religion. La personnalité est ici prédominante; qui s'en étonnerait? L'homme connaissait la société et les dieux depuis trop peu de temps pour avoir pu s'oublier lui-même ; il ne comprenait que son droit, sa dignité propre,

[English translation]

this word is the genus of which the pronouns meum, tuum, suum are the species, i.e. that which indicates the characteristics of man, without designation of persons; this leads us to understand the definition we spoke of earlier: Jus est suum cuicque tribuere.

From the primarily subjective concept of right, Jus, is derived that of Justice, Justitia, as defined by Ulpien: Justitia est constans et perpetua voluntas jus suum cuicque tribuendi, Justice is a constant and sustained disposition to give to each what belongs to him; And even better by Cicero (De Inventione, II.53): Justitia est animi habitus, communi utilitate comparatâ, suam cuique tribuens dignitatem, Justice is a disposition of the heart according to which, subject to the general interest, we recognize the dignity of each.

This Latin conception of Right, Law, and Justice leaves no room for equivocation: the rather ridiculous question as to whether right comes from duty or the duty comes from right cannot arise from it; the very language suppresses it. The right of each is that which his nature presupposes, what his existence and dignity demand; Justice is the recognition by each of this right, which indeed determines and sanctions religion, the true mother of the Law. Right is inherent in man, as the attribute is inherent in the subject, regardless of any social constitution. The law can do nothing but to declare this, and, in the name of religion, to command respect for it. That is the Roman conception; it is, at bottom, that of all peoples.

IV. Thus, from its origins and in its basis, right is individualistic, egoistic. The idea of mutuality is not yet to be found there: it is replaced by divine commandment. Respect for the rights of others, according to this naive theory, is not in me by the same right, that is, from the same source as the feeling of my dignity; it is the result of another cause. In fact, man knows but one right, his own; he only gleans the law in others through religion. The personality predominates; who is surprised by it? Man has known society and the gods for too short a time to have been able to forget about himself; he only understood his own right, his own dignity,

<references/>