De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/160

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/160/159 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/160/161

[original French]

se peut prendre ici pour le lien social; elle indique le Fanatisme de la divinité.

Par la même raison, relligio hominum, religion des hommes, ne se dit point, ne se rencontre nulle part : c'est une contradiction.

César, Guerre des Gaules, liv. vi, n. 16, écrit : Natio est omnis Gallorum admodùm dedita religionibus ; " Toute la nation des Gaulois est excessivement adonnée aux religions. „ Et comme exemple, il cite les sacrifices humains, dans lesquels le principe social n'a rien à faire.

Cicéron, Pro Cluentio, n. 194 : Mentes deorum possunt flacari pietate, et religione, et precïbus justis ; " La colère des dieux peut être apaisée par la piété, la religion et d'humbles prières. „ Aussi les Romains n'y manquaient pas. Dans tous les événements, heureux ou malheureux, - qui intéressaient à un haut degré la république, le sénat ordonnait des révérences, supplicationes : c'est le mot officiel, synonyme de relligiones. Ce n'est pas d'aujourd'hui que sont inventés les Te Deum.

C'est d'après cette acception du mot relligio que Cicéron, De Leg., n. 26, justifie contre les mages disciples de Zoroastre la coutume d'élever des temples à la Divinité :

Nous savons fort bien, dit-il, que l'esprit de Dieu est partout, ubicumque diffusum; mais nous croyons, nous antres Grecs et Latins, que cette coutume ajoute à notre piété et impose un respect salutaire, religionem utilem, aux villes. Car, comme la dit avec une si haute raison Pythagore, la piété et la religion envers les dieux ont d'autant plus d'influence sus nos âmes que nous contemplons de plus près leurs simulacres.

En effet, on ne salue guère que les gens qu'on peut voir : le mot de Pythagore est d'une grande sagesse. Virgile, Æneid., lib. II, v. 88 :

Neu populum antiquâ sub relligione tueri.

Le cheval de bois, dit Sinon, ayant été construit par l'ordre de Calchas en remplacement du Palladium, les Grecs lui donnèrent cette dimension gigantesque, afin qu'il ne pût être introduit dans la ville et protéger le peuple, comme auparavant, sous son antique religion. La religion du symbole est mise pour la religion de la Divinité.

[English translation]

be taken here for the social bond; it indicates the fanaticism of the divinity.

For the same reason, relligio hominum, the religion of men, said no, it is generally nowhere is a contradiction.

Caesar, Gallic Wars, book VI, n. 16, writes: Natio est omnis Gallorum admodùm dedita religionibus; “The whole of the Gallic nation is excessively devoted to religion.” And as an example, he cites human sacrifices, which has nothing to do with the social principle.

Cicero, Pro Cluentio, n. 194: Mentes deorum possunt placari pietate, et religione, et Precibus justis; “The anger of the gods can be soothed by piety, religion and humble prayers.” The Romans did not lack for it, either. Upon any event, fortunate or unfortunate, that interested the republic to a high degree, the Senate ordered the bows, supplicationes: it is the official synonym for relligiones. The Te Deum is not a recent invention.

It is from this sense of the word relligio that Cicero, De Leg., n. 26, justifies, against the mages who are Zoroaster’s followers, the custom of raising temples to the Godhead:

We know very well, he said, that God's spirit is everywhere, ubicumque diffusum; But we Greeks and Latins believe that the practice adds to our piety and imposes a healthy respect, religionem utilem, upon our cities. For, as Pythagoras said with good reason, piety and religion to the gods have greater influence on our souls the longer we contemplate their simulacra.

Indeed, it is hardly salutary unless the people can see: Pythagoras speaks very wisely.

Virgil, Æneid., Book II, v. 88:

Neu populum antiquâ sub relligione tueri.

The wooden horse, said Simon, having been built by the order of Calchas as a replacement for the Palladium, the Greeks gave it this gigantic dimension so that it could not be taken into the city and protect the people, as before, under its ancient religion. Religion is the symbol for the religion of the Godhead.

<references/>