De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/163

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/163/162 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/163/164

[original French]

mélange de terreur. Virgile est bien plus dans la vérité que Lucrèce quand il dit :

Si genus humanum et mortalia temnitis arma, At sperate deos memores fandi atque nefcmdi;

" Si vous méprise!; le genre humain et les armes mortelles, " croyez qu'il est des dieux qui se souviennent du crime " et de la vertu l „ La crainte et le respect, en grec et en hébreu, de même qu'en latin, s'expriment par le même mot; rapporté à Dieu, ce nom est synonyme de religion. Tout le monde connaît cette parole du psalmiste : La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse : Initium sapientiœ timor Domini.

Le mot relligio étant le seul qui ait pu prêter à l'équivoque, il est inutile de chercher dans les autres idiomes des témoignages. Partout l'analogue de relligio signifie marque de respect, adoration, piété, dévotion, culte; ou bien chose sacrée, cérémonie sacrée, ce qui revient au même. Le grec àitpros&ynésis, prosternement, qui répond à relligio; eusebe'm, piété, l'équivalent de piefas; Mera, hiereus, sacrifices, prêtre, en latin sacra, sacerdos. L'hébreu parle absolument de même : hischihahhaoth, ou lusclit- hahhaouïah, marque la prostration religieuse. " Tu ne leur " rendras pas de religion, „ dit le DJcalogue, parlant des dieux étrangers : lo thischthahhaoueh. La Vulgate traduit : Non adorabis ea, ce qui, au point de vue de la corrélation étymologique, manque d'exactitude. L'adomtio est le baiser jeté du bout des doigts à l'idole ; il eût fallu, si le verbe avait été usité dans ce sens : Non religabls te coram eis. Quant à pietas, eusebeïa, il a pour correspondant hébreu hkesed, que la Vulgate traduit tantôt par sainteté, tantôt par miséricorde. — Ps. iv, 4 : Sachez que Jéhovah protége ses dévots ; Vulg. : Scitote quouiam mirificavit Dominus sanctum suum, hébreu hhasid lo. Ps. xi, 2 : Sauve-moi, ô Dieu, car il n'y a plus de religion; Vulg. : Salvum me fac, quoniam déficit sanctus^ébr. hhasid. II Parai, vi, 42 : Souviens-toi des dévotions de David, grand faiseur de révérences, comme on sait, hébr. hhasdeï. La Vulgate, qui a perdu le fil de l'idée, porte : Mémento misericordiarum David.

C'est du mot hhasid, piété, dévotion, que furent nommés

[English translation]


<references/>