De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/26

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/26/25 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/26/27

[original French]

-traction en abstraction, a fini par brûler la matière qu'elle avait d'abord adorée, adorer l'esprit qu'elle n'avait fait qu'entrevoir, et tomber dans une superstition désespérée. C'est alors qu'est lié Yéclectisme, dont la signification est qu'il n'existe, ni pour le monde, ni pour la pensée de constitution unitaire ; qu'en conséquence il n'y a que des cerf titudes spécifiques, relatives, entre lesquelles le sage doit savoir choisir, donnant, selon les circonstances, satisfaction à tous les principes, mais ne se laissant maîtriser par aucun,et réservant toujours sa liberté de jugement. L'éclectisme, qu'on a tant critiqué de nos jours, n'a pas encore reçu sa véritable définition : c'est le polythéisme.

En ce moment, il en est de la philosophie comme de la conscience publique : elle est démoralisée. L'éclectisme en philosophie, de même que le doctrinarisme en politique, le laissez faire, laissée passer en économie, l'amour libre dans la famille : c'est la négation de l'unité, la mort.

Cependant un problème non résolu ne doit pas être réputé un problème insoluble : il est même permis de croire qu'on l'est d'autant plus approché de la solution qu'on l'a cherchée plus longtemps. Aussi l'insuccès de la philosophie sur les questions capitales de la certitude des idées, de la règle des mœurs, et de l'architectonique de la science, ne l'a-t-il pas empêchée d'arriver à des théories dont la généralité croissante et la logique rigoureuse semblent un gage assuré du triomphe. Pourquoi, en effet, si l'homme a la certitude de son existence, n'aurait-il pas du .même coup celle de ses observations ? La proposition de .Descartes Je pense, dont je suis, implique cette conséquence. Pourquoi, si l'intelligence de l'homme eet capable d'enchaîner deux idées, de former une dyade, une triade, une tétrade, une série, enfin, et si chaque série aboutit à son moi, pourquoi, disons-nous, n'aspirerait-il pas à construire le système du monde? Il faut marcher: tout nous y invite. Si la philosophie s'abandonne, c'en est fait du genre humain.

[English translation]

abstraction to abstraction, has ended by burning what it first worshiped, adoring the spirit that it had only glimpsed, and falling into a hopeless superstition. It is thus that eclecticism was born, the meaning of which is that there is not a unitary constitution, neither for the world, nor for thought, and that consequently there are only specific, relative certainties, between which the wise must know how to choose, giving, according to the circumstances, satisfaction to all the principles, but not allowing themselves to be mastered by any of them, and reserving always freedom of judgment. Eclecticism, which has been so criticized in our days, has not yet received its true definition: it is polytheism.

In this moment, it is with philosophy as with the public conscience: both are demoralized. Eclecticism in philosophy, just like the doctrinaire position in politics, laissez faire, laissez passer in economics, and free love in the family, is the negation of unity, death.

However, an unresolved problem must not be considered insoluble problem: it is even permitted to believe that we have come closer to the solution the longer we have searched for it. Also, the lack of success of philosophy on this capital questions of the certainty of ideas, of the rule of morals, and of the architectonic of science, has not prevented it from arriving at theories of which the growing generality and the rigorous logic seem a sure pledge of triumph. Why, indeed, if man has the certainty of his existence, would he not have at the same time certainty of his observations? The proposition of Descartes -- Je pense, dont je suis -- implies that consequence. Why, if the intelligence of man is capable of connecting two ideas, of forming a dyad, a triad, a tetrad, a series, finally, and if each series leads to his self, why, we ask, will he not aspire to construct the system of the world? He must advance: everything invites us. If philosophy is abandoned, it is the end of the human race.