De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/30

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/30/29 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/30/31

[original French]

Ce principe doit être à la fois subjectif et objectif, formel et réel, intelligible et sensible, indiquer un rapport du moi au non-moi, par conséquent être dualiste, comme l'observation philosophique elle-même.

Mais, du moi au non-moi, et vice versa, il y a une infinité de rapports possibles. Parmi tant d'idées que nous fournit l'observation philosophique, laquelle allons-nous choisir pour servir d'étalon et de mètre aux antres? Laquelle formera la première assise de notre connaissance, le point de départ de notre civilisation, le pivot de notre constitution sociale? car il ne s'agit pas de moins que tout cela.

Jusqu'à présent nous avons considéré le moi et ce qu'on appelle non-moi comme deux natures antithétiques, l'une spirituelle, simple, active et pensante; l'autre matérielle, composée et par conséquent divisible, inerte ou passive, et non pensante, servant simplement de point de mire, d'occasion et de matière, aux méditations du moi. Afin de ne pas remuer trop d'idées à la fois, nous nous sommes bornés à la constatation de ce fait élémentaire, intelligible même aux enfants à qui l'on enseigne la grammaire de Lhomond, savoir, que l'observation philosophique implique deux termes ou acteurs, l'un qui observe, l'autre qui est observé. C'est le rapport de l'actif au passif, tel que le montre la conjugaison du verbe dans toutes les langues.

Mais le passif n'exclut pas le réciproque. Ce que nous avons dit du rôle du moi et du non-moi dans la formation de l'idée ne prouve nullement que celui qui observe ne puisse être observé lui-même, et cela précisément par l'être qu'il observait. Locke l'a dit, et personne n'a su lui répondre : Que savdns-nous si le non-moi est nécessairement non pensant?... Dans tous les cas, nous savons, à n'en pouvoir douter, que nos observations portent bien souvent sur des moi semblables à nous, mais qui, dans ce cas, et en tant qu'ils nous fournissent des faits, des observations, des impressions, sur lesquelles opère ensuite notre esprit, sont considérés par nous comme des non-moi. Dans l'amour, par exemple, il y a aussi deux acteurs, l'un qui aime, l'autre qui est aimé ; ce qui n'empêche point de renverser la proposition et de dire que la personne qui

[English translation]

This principle must be at once subjective and objective, formal and real, intelligible and sensible, to indicate a relation of the self to the non-self, and consequently to be dualistic, like philosophical observation itself.

But, from the self to the non-self, and vice versa, there is an infinity of possible relations. Among so many relations furnished to us by philosophical observation, which will we choose to serve as standard and yardstick to the others? Which will form the first basis of our knowledge, the point of departure for our civilization, the pivot of our social constitution? For it is a question of nothing more or less than that.

To this point we have considered the self and what we call the non-self as two antithetical natures, the one spiritual, simple, active and thinking; the other material, composite and consequently divisible, inert or passive, and non-thinking, serving simply as a target, occasion and matter for the meditations of the self. In order to not juggle too many ideas at once, we are carried to the observation of that elementary fact, intelligible even to the children to whom one teaches the grammar of Lhomond, namely, that philosophical observation implies two terms or actors, the one which observes, the other which is observed. It is the relation of active to passive, such as is shown by the conjugation of the verb in every language.

But the passive does not exclude the reciprocal. What we have said of the role of the self and of the non-self in the formation of the idea proves nothing that the one that observes cannot be observed itself, and precisely by the object that it observed. Locke said, and no one has known how to respond to him: How do we know if the non-self is necessarily non-thinking?... In every case, we know, and cannot doubt, that our observations bear very often on selves like our own, but who, in this case and in so many that furnish us facts, observations, impressions, on which our mind then acts, are considered by us as non-selves. In love, for example, there are also two actors, one who loves, the other who is loved; which does not prevent us from reversing the proposition and saying that the person who