De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/38

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/38/37 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/38/39

[original French]

la même. C'est par là que se glorifient l'homme de génie et l'homme de bien, là est le secret du mystérieux lien qui unit ensemble l'art et la morale.

Parlerons-nous de la politique et de ses pondérations? de l'économie politique, de la division sans fin des fonctions, de l'équilibre des valeurs, du rapport de l'offre à la demande, du commerce et de sa balance? De même que la notion de justesse, c'est à dire de Justice appliquée à la forme des choses, est la transition entre le réel et l'idéal, de même la notion économique de valeur à la fois objective et subjective, et toute de Justice, est la transition entre le monde de la nature et le monde de la société. Dirons-nous, enfin, que la guerre, l'antagonisme à outrance, n'est qu'une investigation, par la lutte des forces, de la Justice?... Mais à quoi bon insister sur des choses qu'il suffit de nommer pour voir aussitôt apparaître le principe qui les régit et les constitue, le droit? C'est par sa conscience, bien plus que par son entendement et son imagination, que l'homme embrasse Dieu, l'Univers et l'Humanité ; c'est cette conscience, pour tout dire, qui fait en lui la raison, dont le nom même, d'après l'étymologie, ne signifie pas autre chose que justification du fait par ses causes, par ses circonstances, son milieu, ses éléments, son époque, sa fin, en un mot son idée, toujours la Justice.

Chacun sait quelle satisfaction saisit l'âme à l'aperception nette d'une vérité, à la conclusion régulière d'un raisonnement, à la certitude démontrée d'une hypothèse. Il y a dans cette jouissance causée par la possession du vrai quelque chose d'affectif, qui n'est pas de l'intelligence pure, laquelle ne se passionne point, et qu'on ne peut comparer qu'à la joie du triomphe remporté par la vertu sur le vice. On sait aussi quelle ardeur de controverse peut exister, entre des hommes du caractère le plus paisible, sur des questions où ils ne sont nullement engagés d'intérêt. Dans tout cela, je le répète, se fait sentir un élément de volonté, intimement mêlé aux opérations de l'entendement, et qui n'est autre, selon moi, que la Justice, intervenant dans l'investigation du philosophe et se réjouissant de son succès. De même que la forme pure ou la beauté, la connaissance exacte, ou la vérité, est encore la Justice.

Conscience et science seraient donc, au fond, identiques.

[English translation]

the same. It is thereby that the man of genius and the man of good glorify themselves; thus the secret of the mysterious bond that links art with morality.

Shall we speak of politics and its balances? Of political economy, of the endless division of functions, the balance of values, the relation of supply to demand, trade and its balance? Just as the concept of accuracy, i.e. of Justice applied to the shape of the things, is the transition between reality and the ideal, in the same way the economic concept of at the same time objective and subjective value, and very of Justice, is the transition between the world from nature and the world from society. Will we say, finally, that the war, antagonism with excess, is only one investigation, by the fight of the forces, of Justice (25)? … But what good is it to insist on things that it is enough to name to see at once appearing the principle which governs them and constitutes them, the right? It is by its conscience, much more than by its understanding and its imagination, than the man kisses God, the Universe and Humanity; it is this conscience, for any statement, which makes in him the reason, of which the name even, according to the etymology, does not mean another thing only justification of the fact by its causes, its circumstances, its medium, its elements, its time, its end, in word its idea, always Justice.

Each one knows what satisfaction seizes the soul upon the clear apperception of a truth, upon the regular conclusion of a reasoning, the demonstrated certainty of an hypothesis. There is in this pleasure caused by the possession of truth something of emotional, which is not pure intelligence, which is not impassioned, and that one can compare only with the joy triumph gained by the virtue over the vice one. One also knows what heated controversy can exist between men of the most peaceful character with regard to questions in which their interests are by no means engaged. In all of this, I repeat, we can sense an element of will intricately mixed with the operations of the understanding, and which, in my opinion, is nothing other than Justice intervening in the philosopher's investigation and rejoicing in his success. Just so, the pure form or beauty, exact knowledge or truth, is still Justice.

Conscience and science would thus be, at bottom, identical.