De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/48

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/48/47 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/48/49

[original French]

de ses constitutions, de ses théories, embrasserait la vie de plusieurs centaines d'hommes. Heureusement le peuple n'a que faire de ce fardeau. Pour soutenir sa foi en la Justice, il suffit qu'on lui montre, par d'éclatants exemples, la Justice opprimée et puis vengée, le crime triomphant puis puni ; il suffit qu'il entende, aux époques de malheur, la protestation des âmes généreuses, et qu'il sache que cette Révolution tant calomniée, qui depuis trois mille ans pousse les masses ouvrières à la liberté, c'est la Justice.

4. Mais quel ordre suivre dans cet enseignement? Ce qu'il y a surtout de pénible dans l'étude des sciences, c'est le joug des méthodes, la longueur des préliminaires, l'enchaînement des propositions, la justesse des transitions, la rigueur des analyses; c'est cette obligation de ne passer jamais à un sujet, avant que celui qui le précède sur l'échelle de la méthode soit épuisé. Ainsi, avant d'aborder l'étude de la philosophie, il faut à l'étudiant six ou sept années de grammaire, de langues, d'humanités et d'histoire; viennent alors la logique, la métaphysique, la psychologie, la morale, sans compter les mathématiques, la physique, l'histoire naturelle, etc. Ces études terminées, si le malheureux étudiant a obtenu ses diplômes, il commence le droit, dont le cours est d'au moins trois ans. C'est à ces conditions que le jeune homme, assez riche pour s'en donner le passe-temps, devient légiste, avocat, juge de paix, ou substitut du procureur impérial.

Le peuple, à coup sûr, ne peut parcourir toute cette enfilade; si la philosophie ne se peut acquérir qu'à ces conditions, il est condamné sans retour. Ou la démocratie n'est qu'un mot, et il n'y a pas, en dehors des langes de l'Église, en dehors de la feodalité et du droit divin, de communion ontre les hommes; ou il faut ici changer de marche. Je veux dire que, d'accord avec la raison populaire, il faut abandonner la méthode analytique et dé- ductive, gloire de l'École, et la remplacer par une méthode universaliste et synthétique, plus en rapport avec la raison des masses, qui voit toute chose concrètement et synthétiquement. Je m'explique.

Puisque tout, dans la nature et dans la société, pivote sur la Justice, qu'elle est centre, base et sommet, substance et forme de tout fait comme de toute idée, il est évident,

[English translation]

of its constitutions, of its theories, encompasses the life of many hundreds of men. Happily, the people have nothing to do with this burden. In order to sustain their faith in Justice, it suffices for one to show it, by striking examples, Justice oppressed then revenged, crime triumphant then punished; it suffices that it hear the protestations of generous souls at eras of unhappiness, and that it feels that this Revolution so calumniated, which for three millenia has pushed the working masses toward liberty, is Justice.

4. But what order to follow in this teaching? What is especially painful in the study of sciences is the yoke of the methods, the length of the preliminaries, the sequence of propositions, the accuracy of the transitions, the rigor of the analyses; it is this obligation never to pass on to a new subject, before that which precedes it on the staircase of method is exhausted. Thus, before approaching the study of philosophy, the student requires six or seven years of grammar, languages, humanities, and history; logic, metaphysics, psychology, morals come then, not to mention mathematics, physics, natural history, etc. These studies having been completed, if the poor student has obtained his diplomas, he may begin studying law, which takes at least three years. It is in these conditions that the young man, rich enough pass his time thus, becomes legist, lawyer, Justice of the Peace, or substitute for the imperial prosecutor.

The people, undoubtedly, cannot traverse this entire succession; if philosophy can be acquired only under such conditions, it is condemned without reprieve. Either democracy is only a word, and there is not, apart from the langes Church, apart from feudality and of the divine right, of communion between the men; or it is necessary here to change walk. I want to say that, of agreement with the popular reason, it is necessary to abandon the analytical and deductive method, glory of the School, and to replace it by a universalist and synthetic method, more in connection with the reason of the masses, which sees everything concretely and synthetically. I will explain.

Since everything, in nature and in society, pivots on Justice, since it is center, base, and summit, substance and form of every fact as well as any idea, it is obvious,