De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/83

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/83/82 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome I/83/84

[original French]

Qu'est-ce donc qui fait vivre l'Eglise? Comment expliquer le problème de cette étrange existence?

Le problème de l'Eglise est, mais en sens inverse, le même que celui de la Révolution : la persistance de l'une et les embarras de l'autre tiennent à la même cause.

Formée par un concours de circonstances qui seront expliquées dans ces Etudes, l'Eglise du Christ s'alimente, se fortifie et s'engraisse du détritus d'autres églises, dont la dissolution est incessamment amenée par d'autres causes. Mais ces églises, l'Eglise catholique n'en triomphe point, pas plus que l'arbre ne triomphe du cadavre enterré sous ses racines; elle ne peut pas, je le répète, se vanter d'en avoir converti une seule. Une église, quelle qu'elle soit, ne se laisse pas enlever par une autre église, cela est contre sa nature ; elle se dissout d'elle-même, quelquefois elle se fusionne, ou bien on l'extermine.

Ainsi l'Eglise, formée d'un démembrement du judaïsme, ne parvient pas à se l'incorporer : le livre des Actes en contient l'aveu formel.

Puisque vous repoussez la parole, disent Paul et Barnabe aux chefs de la Synagogue, nous nous tournons vers les Gentils, convertimur ad gentes.

Une église qui crucifie, comme faux christ et faux prophète, le fondateur de l'église rivale; qui chasse, lapide, précipite les apôtres de celle-ci; qui, plutôt que d'accepter l'interprétation messianique des Nazaréens, se fait exterminer en niasse et meurt héroïquement pour sa foi, cette église a-t-elle été vaincue? Titus, après lui Adrien, détruisirent la nationalité judaïque. Nombre de transfuges, désespérant de Jéhovah et de Moïse, allèrent grossir les rangs chrétiens; d'autres se rallièrent qui aux Egyptiens, qui aux mages: la Synagogue protesta toujours, elle proteste encore.

Ce que je viens de dire du judaïsme s'applique à toutes les puissances que l'Eglise a eu à combattre : paganisme, magisme, égyptianisme, druidisme, pythagorisme, platonisme, gnosticisme, arianisme, pélagianisme, manichéisme, mahométisme, schisme grec, Réforme, Renaissance, philosophie ancienne et moderne, tiers état, empire,

[English translation]

What is it, then, that gives life to the Church? How to explain the problem of this strange existence?

The problem of the Church is, but in opposite direction, the same one as that of the Revolution: the persistence of the one and the embarrassments of the other are due to the same cause.

Formed by a combination of circumstances which will be explained in these Studies, the Church of Christ feeds, strengthens and fattens refuse of other churches, whose dissolution is brought without delay by other causes. But these churches, the catholic Church does not triumph over it, not more than the tree does not triumph over the corpse buried under its roots; it cannot, I repeat it, to praise itself to have converted only one of them. A church, whatever it is, is not let remove by another church, that is against its nature; it dissolves itself, sometimes it is amalgamated, or it is exterminated.

Thus the Church, formed from a splintering of Judaism, does not manage to incorporate it: the book of Acts contains the formal acknowledgement of this fact.

Since you refuse the word, Paul and Barnabus say to the chiefs of the Synagogue, we turn to the Gentiles: convertimur ad gentes.

A church that crucifies, as a false Christ and false prophet, the founder of the rival church; that drives out, stones, defenestrates its apostles; which, rather than accepting the Messianic interpretation of the Nazarites, subjects it to mass extermination and a heroic death for its faith: was this church victorious? Titus, and Adrian after him, destroyed Judaic nationality. A great many defectors, despairing of Jehovah and Moses, went to swell the ranks of the Christians; others joined the Egyptians, who joined with the magi: the Synagogue always protested, it still protests.

What I have just said of Judaism applies to all the powers that the Church had to fight: paganism, magism, Egyptianism, Druidism, Pythagorism, Platonism, Gnosticism, Arianism, Pelagianism, Manicheism, Mahometism, the Greek schism, the Reformation, the Renaissance, ancient and modern philosophy, the third estate, the empire,