De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/06

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/06/05 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/06/07

[original French]

Dieu, devoirs de l'homme envers ses semblables, droits de l'homme sur la création, il n'ignore rien; et quand il beia grand, il n'hésitera pus davantage sur le droit naturel, sur le droit politique, sur le droit des gens : car tout cela sort, tout cela découle avec clarté, et comme de soi-même, du christianisme. (Mélanges.)

Vous savez, monseigneur, comment le philosophe Jouffroy, notre illustre compatriote, a vécu, et comment il est mort : ainsi trêve d'ironie. Mieux que personne, après une jeunesse passée dans les ravissements de la foi, il en avait sondé les mystères ; et il avait montré que ces prétendues explications dont se vante le chrétien sont des allégories dont la foi elle-même est impuissante à donner le sens. C'est ce qu'il vous eût l'ait voir, par exemple, au sujet du droit naturel, du droit politique et du droit des gens, que vous vous flattez d'avoir enseigné au monde, et dont vous ne savez même pas aujourd'hui le premier mot. Autrement, je vous prierais, monseigneur, vous docteur en théologie et inspecteur de la foi, de me rendre raison du phénomène que je m'en vais vous soumettre.

II. — C'est un fait que je n'essaierai pas d'amoindrir, que la société, à en juger sur les apparences, ne peut se passer de gouvernement. On n'a jamais vu de nation quelque peu policée qui fût privée de cet organe essentiel. Partout la puissance publique est proportionnelle à la civilisation, ou, si on l'aime mieux, la civilisation est en raison de son gouvernement.

Sans gouvernement, la société tombe au dessous de l'état sauvage : pour les personnes, point de liberté, de propriété, de sûreté; pour les nations, point de richesse, point de moralité, point de progrès. Le gouvernement est à la fois le bouclier qui protége, l'épée qui venge, la balance qui détermine le droit, l'œil qui veille. Au moindre trouble, la société se contracte et se groupe autour de son chef; la multitude n'attend que de lui son salut ; les plus hardis contre toute discipline l'invoquent eux-mêmes, comme une divinité présente, omnipotente.

De telles paroles dans ma bouche ne sont pas suspectes, et vous pouvez prendre acte, pour l'avenir, de cette concession décisive. L'anarchie, d'après le témoignage cons-

[English translation]

with God, the duties of man towards his fellows, the rights of man over the creation, he leaves nothing out; and when he grows up he will not hesitate any more over natural law, over political right, human rights: for all of this sort, all of this follows clearly, and as if of its own accord, from Christianity. (Mélanges.)

You know, monsignor, how the philosopher Jouffroy, our illustrious compatriot, has lived and how he died: enough irony, then. Better than anyone, after a youth spent in the raptures of faith, he had probed the mysteries, and he had shown that these so-called explanations of which Christians boast are allegories of which faith itself is powerless to make sense. That is what he would have made you see, for example, about natural law, political rights, and popular rights: you pride yourselves on having taught these to the world, and even today, you do not know the first word of them. Otherwise, I would ask you, my lord, a doctor of theology and inspector of faith, to interpret the phenomenon that I shall submit for your consideration here.

II. — It is a fact I shall not attempt to diminish that society, to judge from appearances, cannot do without government. Never has an even somewhat civilized nation been seen that was deprived of this essential organ. Everywhere, the public power is proportional to the degree of civilization; one might say that civilization exists in reason of its government.

Without government, society falls below the state of the savage: for persons, there is no liberty, property, security; for the nations, no wealth, no morality, no progress. Government is the shield that protects the avenging sword, the balance that determines right, the seeing eye. At the slightest disturbance, society contracts and groups itself around its chief: the multitude awaits its salvation from him; those daring most to defy all discipline invoke themselves as a present, omnipotent divinity.

Such words are not suspect in my mouth, and you can take note for the future of this crucial concession. Anarchy, according to the continual testimony