De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/109

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/109/108 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/109/110

[original French]

sur le trône d'Angleterre. Jamais il n'eût triomphé de la résistance des barons sans la charte qu'il leur accorda, et qui devint le fondement des libertés anglaises. Sans sortir de notre histoire, quand le maire du palais, Pépin de Herstal ou Hugues le Blanc, fut devenu plus puissant, en hommes et en fiefs, que le roi, il fut fait roi, en dépit de la consécration ecclésiastique qui protégeait le suzerain. En 1848, lorsque Louis Napoléon fut élu président de la République, le peuple des campagnes lui croyait une fortune de vingt milliards.

Au surplus, l'aliénation de la force collective, outre qu'elle fut le résultat de l'ignorance, paraît avoir été un moyen de préparer les races. Pour façonner l'homme primitif, sauvageon, à la vie sociale, une longue trituration des corps et des âmes était, il faut le croire, nécessaire. L'éducation de l'humanité se faisant par une sorte d'enseignement mutuel, la loi des choses voulait que les moniteurs jouissent de certaines prérogatives. A l'avenir, l'égalité consistera en ce que chacun puisse à son tour exercer la maîtrise, comme il aura supporté la discipline.

D. — Ce que vous dites montre bien comment s'est consommée la grande exhérédation sociale, comment l'inégalité et la misère sont devenues la plaie de la civilisation. Mais comment expliquer cette résignation des consciences, cette soumission des volontés, que troublent à peine, pendant une si longue période, quelques révoltes d'esclaves, de fanatiques, de prolétaires?

R. — L'ancienne religion du pouvoir rendrait jusqu'à certain point raison du fait. On se soumettait au pouvoir parce qu'on le regardait comme venant des dieux, en un mot parce qu'on l'adorait. Mais cette religion est perdue : légitimité dynastique, droit du seigneur et droit divin, ne sont plus que des mots odieux, qu'a remplacés le principe altier de la souveraineté du peuple. Or, le phénomène persiste : les hommes de nos jours ne paraissent pas moins prompts à se soumettre à l'autorité et à l'exploitation d'un seul que ne faisaient autrefois leurs pères. Preuve flagrante de la vanité des théories théologiques et métaphysiques, dont les principes peuvent alternativement périr ou s'affirmer, sans que les faits dont ils étaient censés la cause, ou qu'ils devaient prévenir, cessent de se produire.

[English translation]

over the resistance of the barons without the charter that he granted to them, which became the foundation of English freedoms. In our own history, when the mayor of the palace, e.g., Pépin de Herstal or Hugues le Blanc, became more powerful in men and fiefs than the king, he was made king, in spite of the ecclesiastical consecration that protected the suzerain. In 1848, when Louis Napoleon was elected president of the Republic, the people of the countryside believed him to possess a fortune of twenty billion.

Furthermore, the alienation of the collective force, in addition to having been the result of ignorance, appears to have been a means of preparing the races. To make the primitive man, the savage, fit for social life, a long trituration of bodies and souls must have been necessary. The education of humanity being accomplished by a kind of mutual instruction, the law of things dictated that the instructors enjoy certain prerogatives. In the future, equality will consist in the ability of each to exercise mastery in turn just as each in turn will have undergone discipline.

Q. — What you say aptly demonstrates how the great social disinheritance was consummated, how inequality and misery became the cancer of civilization. But how to explain this resignation of the consciences, this submission of wills, which for such a long period has been disturbed only by a few revolts by slaves, fanatics, proletarians?

A. — The old religion of power would, up to a certain point, render the reason for the fact. One subjected oneself to power because one saw it as coming from the gods, i.e., because it was worshipped. But this religion is lost: dynastic legitimacy, droit du seigneur, and divine right are no longer anything but odious words, displaced by the proud principle of popular sovereignty. However, the phenomenon persists: men nowadays appear no more reluctant to subject themselves to the authority and the exploitation of a single man than were their fathers formerly. Obvious proof of the vanity of the theological and metaphysical theories, the principles of which can either perish or survive without the facts that they are supposed to cause or prevent ever ceasing to occur.