De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/116

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/116/115 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/116/117

[original French]

D. — Qui dit démocratie, cependant, dit rétablissement de la nation dans la propriété et jouissance de ses forces : d'où vient que vous paraissez condamner cette forme de gouvernement comme les autres ?

R. — Tant que la démocratie ne s'est pas élevée à la vraie conception du pouvoir, elle ne peut être, comme elle n'a été jusqu'à ce jour, qu'un mensonge, une transition honteuse et de courte durée, tantôt de l'aristocratie à la monarchie, tantôt de la monarchie à l'aristocratie. La Révolution a conservé à ce mot comme une pierre d'attente ; nous en avons fait depuis soixante et dix ans une pierre de scandale.

D. — Ainsi, à moins d'une révolution dans les idées, toute stabilité politique, toute moralité sociale, toute liberté et félicité pour l'homme et le citoyen, sont impossibles?

R. — Ce n'est pas seulement l'histoire qui le-révèle, ni la Justice et l'égalité qui nous le montrent comme leur inévitable sanction; c'est la science économique, dans ce qu'elle a de plus élémentaire, de plus positif, de plus réel, qui le prouve. Les forces collectives appropriées, la puissance sociale comprimée , aliénée, le gouvernement oscille de démagogie en despotisme et de despotisme en démagogie, semant les ruines et multipliant les catastrophes, dans des périodes presque régulières.

D. — N'y a-t-il rien de plus à recueillir, pour le philosophe, dans cette étude de la formation , de l'accroissement et de la décadence des anciens Etats?

R. — Ils ont été, par leur inorganisme même , la révélation d'un nouvel Etat, et comme une embryogénie de la Révolution. Quel progrès, en effet, quelle idée ne leur devons-nous pas?

Développement des forces économiques , parmi lesquelles, au premier rang, les forces collectives;

Découverte de la puissance sociale dans le rapport de toutes ces forces ;

Raison des formes gouvernementales, variables selon la race, le sol, le climat, l'industrie, l'importance relative des éléments constituants , servant à marquer en chaque pays le centre de gravité politique ;

Idée de la solidarité universelle ou de la force humani-

[English translation]

Q. — But democracy means the restoration of the nation to the ownership and enjoyment of its own forces: why does it appear that you condemn this form of government as much as the others?

A. — As long as democracy is not elevated to the true conception of power, it cannot be, as it has not been so far, anything other than a lie, a shameful transition of brief duration, sometimes from aristocracy to monarchy, sometimes from monarchy to aristocracy. The Revolution held onto this word as a promise [une pierre d’attente]; some seventy years hence, we have made of it a broken promise [une pierre de scandale].

Q. — Thus, short of a revolution in ideas, is all political stability, all social morality, all freedom or happiness impossible for man and the citizen?

A. — It is not only history that reveals this to be true, nor Justice and equality, which demonstrate it as their inevitable sanction; it is economic science at its most elementary, positive, and real that proves it. The collective forces having been appropriated, the social power having been corrupted and alienated, the government oscillates from demagogy to despotism and from despotism to demagogy, sowing ruin and multiplying catastrophes, in almost regular periods.

Q. — Is there nothing more to be gathered, for the philosopher, from this study of the formation, growth, and decline of the old States?

A. — They were, in their very inorganism, the revelation of a new State, and something like an embryogenesis of the Revolution. What progress, indeed, what idea do we not owe to them?

The development of the economic forces, among the first rank of which the collective forces are to be found;

The discovery of the social power in the relation of all these forces;

The rationality of forms of government, varying according to race, soil, climate, industry, the relative importance of the constituent elements serving to mark the political center of gravity in each country;

The idea of universal solidarity or humanitarian