De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/141

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/141/140 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/141/142

[original French]

discipline. Au surplus, la critique moderne nie positivement l’art chrétien. L'architecture dite gothique date de la fin des croisades; elle fut solennellement abolie par Brunelleschi et Bramante, qui en démontrèrent géométriquement l'ineptie, et ne parut jamais à Rome. La peinture commence à Giotto, élève des anciens. Le christianisme ne peut devenir esthétique qu'en se faisant païen : aussi condamne-t-il absolument la tragédie, la comédie, l'opéra, la danse, les gymnases; il proscrit jusqu'au roman; il voudrait anéantir la littérature grecque et latine. Et la raison de cet ostracisme est évidente : les arts, auxiliaires de la morale, tendent à l'exaltation de la personne humaine, par le déploiement de la force, du talent et de la beauté, ce qui est en opposition diamétrale avec la méthode de mortification et d'oraison que le salut requiert.

Qu'a fait l'Eglise en philosophie? Rien : la question implique contradiction. La philosophie, partout où elle se montre, est le mouvement antireligieux de l'esprit, la marche vers la science, objet étranger à la foi. L'Eglise est théologienne, c'est sa spécialité; elle se sert de la philosophie, elle n'est pas philosophe. La scolastique, si fameuse autrefois et si oubliée, est sortie tout armée des livres d'Aristote, qui faillit pour ce service être mis au rang des Pères.

L'Eglise connaît-elle de la Justice? A-t-elle une jurisprudence? — Oui, direz-vous, il existe un droit canon. En effet, nous avons montré dans nos précédentes études comment l'Eglise, en vertu de son dogme, a modifié les idées des anciens sur la Justice, dans ses rapports avec le respect des personnes, la distribution des biens, et le gouvernement. Mais, sans revenir sur la critique que nous avons faite de cette prétendue réforme, il suffit d'observer que le droit canon est universellement délaissé, et que, si la jeunesse prend des leçons de droit et d'économie politique, ce n'est pas à l'Eglise qu'elle les demande. L'enseignement de la Justice, de même que son application par les tribunaux, a toujours fait partie du temporel : oseriez- vous traiter cette sécularisation d'hérésie?

L'Eglise, en un mot, ne se charge pas plus de former des citoyens que des producteurs et des artistes.- Tel n'est pas l'objet de sa mission; et si l'on a vu des sujets sortis

[English translation]