De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/142

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/142/141 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/142/143

[original French]

des mains des prêtre s'élever à un haut degré de dignité civique et humaine, ils ne tenaient pas cet avantage de l'Eglise ; il s en étaient redevables à l'énergie de leur nature, et aux influences extérieures qu'ils recevaient de toutes parts. Est-ce l'Eglise ou la philosophie qui a produit cette génération à jamais glorieuse de 1789?

Je viens, en quelques lignes, de récapituler les objets principaux de l'éducation et de l'enseignement : travail, science, art, philosophie, Justice, cette dernière comprenant la morale publique et privée.

Mais l'éducation aussi constitue un art, le plus difficile de tous les arts; une science, la plus compliquée de toutes les sciences, puisqu'elle consiste à informer des mêmes vérités des esprits qui ne se ressemblent point; à saisir des mêmes devoirs des cœurs qui ne s'ouvrent pas du même côté à la Justice. L'éducation est la fonction la plus importante de la société, celle qui a le plus occupé les législateurs et les sages. Aux hommes, il ne faut que le précepte; à l'enfance, il faut l'apprentissage du devoir même, l'exercice de la conscience, comme du corps et de la pensée. L'Eglise, aussi bien que l'université, a produit d'excellents instituteurs de la jeunesse : qui le nie? Il suffit de rappeler Port-Royal, Fénelou ; et je sais, sans y croire, tout le bien qu'on a dit des jésuites.

La question n'est pas là. Il s'agit de savoir si l'éducation est par elle-même une profession religieuse et sacerdotale ou une profession purement civile ; si du moins l'Eglise, qui en revendique le privilége, possède, pour l'accomplissement de cette grande œuvre, une méthode à elle, un talent, une aptitude, un génie qui lui soit propre et qui découle de son dogme, ou pour mieux dire de la grâce attachée à son ministère. Depuis Xénophon jusqu'à Rousseau et madame Necker de Saussure, l'esprit philosophique a produit de nombreux traités d'éducation, que l'Eglise a copiés, imités, modifiés ou contredits, comme d'autres copient, modifient ou contredisent les procédés de l'éducation ecclésiastique. En quoi l'Eglise se distingue-t-elle essentiellement du laïcisme et de la philosophie ?

Pour moi, j'avoue qu'il est impossible de lui reconnaître, ici plus qu'ailleurs, la moindre spécialité. L'éducation

[English translation]