De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/148

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/148/147 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/148/149

[original French]

tive, et de lui refaire une Justice. C'est l'œuvre dont le christianisme, religion par excellence de la chute et de la réhabilitation, voulut bien se charger, en se définissant lui-même dans la proposition suivante, qui forme, avec les deux énoncées plus haut, sa pédagogie :

La religion est l'ensemble des moyens thérapeutiques et prophylactiques, enseignés par Dieu même, par lesquels l'homme dégradé se rétablit dans la vertu et conserve ses mœurs.

Remarquons la logique de ce nouveau système, auquel tendent fatalement, comme à leur dernière forme, toutes les religions nées et à naître.

L'homme, bien qu'il eût été créé en état d'innocence, ne possédant pas en soi la raison suffisante du bien, ne pouvait guère manquer de faillir. Plus il se sentait de lumière, de vertu et de liberté, plus il devait tendre à rompre le petit bout de chaîne que lui avait imposé le Créateur. Ce n'est donc pas à lui-même, à une réaction vertueuse de sa conscience qu'il doit demander la réparation de son péché ; c'est à l'Essence supérieure, dont la parole a allumé dans le cœur de l'homme le flambeau de la loi, et qui seule possédant la sainteté, peut communiquer à son serviteur, avec le précepte, la force de le pratiquer, d'y persévérer, et, s'il s'en écarte, d'y revenir.

En sorte que l'on peut considérer l'éducation chrétienne comme une sorte d'allopathie mentale, suivant laquelle l'homme, atteint d'une affection constitutionnelle et actuellement prévaricateur, est rendu au bien, non par l'énergie habilement excitée de son âme, mais par l'application des grâces ou vertus médicinales de l'être saint, qui est Dieu.

Cela posé, voici comment l'Eglise entend combattre le péché, former et soutenir les mœurs, armer la conscience contre ses propres faiblesses.

Tandis que l'éducation profane s'applique à façonner l'homme dans son corps, dans son intelligence, dans ses rapports sociaux, par la démonstration des lois de la nature et de l'esprit, par l'enseignement du droit et de la civilité, l'Eglise, par des conjurations appelées sacrements dont elle a le privilége, par l'exorcisme hebdomadaire et

[English translation]