De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/158

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/158/157 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/158/159

[original French]

nom de Dieu ; elle n'aura même de sens, elle ne sera intelligible que par cette prosopopée.

Un exemple, familier à tous mes lecteurs, et qui résume à lui seul toute la religion, tout le bréviaire, fera comprendre cette aliénation de l'âme humaine, qui, se prenant pour un Autre, s'appelle, s'adore comme l'Eve de Milton, sans se connaître.

XII. — Vous qui donnez la confirmation aux chrétiens, monseigneur, vous savez votre Pater sans doute; mais y avez-vous jamais rien compris?

Appel à la souveraine perfection, acte de soumission à l'ordre éternel, de dévoûment à la Justice, de foi en son règne, de modération dans les désirs, do regret des fautes commises, de charité envers le prochain; reconnaissance du libre arbitre, invocation à la vertu, anathème au vice, affirmation de la verité : la morale de quarante siècles est résumée dans ces humbles et émouvantes paroles, que la tradition chrétienne attribue à son Homme-dieu.

Que de douleurs apaisées, de courages affermis, de ressentiments vaincus, de doutes évanouis, par la récitation de cette prière, plus accessible aux cœurs qu'aux intelligences ! Quand le pauvre, avili, menteur, fainéant, nous aborde, la prière sur les lèvres, telle est la grâce de cette parole vraiment évangélique, que nous nous sentons portés, malgré nous, à l'aumône. Pater noster! Hélas ! à l'exception de quelques privilégiés de la science, c'est tout ce que le peuple sait de ses droits et de ses devoirs. Après le Décalogue et l'Oraison dominicale, néant. Trente-quatre lignes en trente-quatre siècles! Dites-moi donc, monseigneur, à quoi servent les sacerdoces?

Prise au sens littéral, comme fait l'Eglise, l'Oraison dominicale n'est qu'un tissu d'idées niaises, contradictoires, immorales même et impies. On peut en extraire une douzaine d'hérésies condamnées par le saint-siége! et c'est peut-être en s'appuyant sur le Pater, entendu à la manière des prêtres, que Jérôme Lalande conclut que son auteur était athée.

Mais pénétrez sous la lettre, toujours absurde quand il s'agit de prière, et cette même oraison va vous paraître d'une morale et d'une rationalité incomparables.

[English translation]

name of God; it will not even have a sense, it will not be understandable other than by this prosopopoeia.

An example familiar to all my readers, and that sums up in itself all of religion, the whole of the Bible, is that alienation of the human soul which, taking itself for an Other, calls to itself, worships itself, like Milton’s Eve, without knowing itself.

XII. - You give confirmation to Christians, my lord; you doubtless know your Pater; but have you ever understood it?

Appeal to the supreme perfection, an act of submission to the eternal devotion to justice, faith in his reign, moderation in desires, do regret the mistakes made, charity toward the neighbor; recognition of free will, invocation of virtue, anathema to the defect, the assertion of truth: the moral of forty centuries is summarized in these humble and touching words, that Christian tradition attributes to its god-man.

That eased pain, courage, strength, feeling defeated, doubts vanished, with the recitation of this prayer, more accessible to the intelligence hearts! When the poor, debased, liar, lazy, we addressed the prayer on the lips, this is the grace of this truly evangelical voice, we feel that we brought, despite us, to charity. Pater noster! Alas, with the exception of a few privileged in knowledge, that's all people know of their rights and duties. After the Ten Commandments and Sunday prayers, nil. Thirty-four lines in thirty-four centuries! Tell me, my lord, what is the priesthood?

Taken literally, as the Church, the Sunday prayers are a tissue of silly, contradictory, immoral and ungodly ideas. We can extract from it a dozen heresies condemned by the Holy See! And perhaps it was on the basis of the Our Father, understood in the manner of the priests, that Jerome Lalande concluded that its author was an atheist.

But if you penetrate the letter, always absurd when it comes to prayer, and this same prayer will appear to be possessed of an incomparable morality and rationality.