De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/99

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/99/98 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome II/99/100

[original French]

PETIT CATÉCHISME POLITIQUE
INSTRUCTION PRIMAIRE
Du pouvoir social, considéré en lui-même

Demande. — Toute manifestation couvre une réalité : qu'est-ce qui fait la réalité du pouvoir social ?

Réponse. — C'est la force collective.

D. — Qu'appelez-vous force collective?

R. — Tout être, par cela seul qu'il existe, qu'il est une réalité, non un fantôme, possède en soi, à un degré quelconque, la faculté ou propriété, dès qu'il se trouve en présence d'autres êtres, d'attirer et d'être attiré, de repousser et d'être repoussé, de se mouvoir, d'agir, de penser, de produire, à tout le moins, de résister, par son inertie, aux influences du dehors.

Cette faculté ou propriété, on la nomme force.

Ainsi la force est inhérente, immanente à l'être : c'est son attribut essentiel, et qui seul témoigne de sa réalité. Otez l'attraction, nous ne sommes plus assurés de l'existence des corps.

Or, les individus ne sont pas seuls doués de force ; les collectivités ont aussi la leur.

Pour ne parler ici que des collectivités humaines, supposons que des individus, en tel nombre qu'on voudra, d'une manière et dans un but quelconque, groupent leurs forces : la résultante de ces forces agglomérées, qu'il ne faut pas confondre avec leur somme, constitue la force ou puissance du groupe.

D. — Donnez des exemples de cette force.

R. — Un atelier, formé d'ouvriers dont les travaux convergent vers un même but, qui est d'obtenir tel ou tel pro-

[English translation]

LITTLE POLITICAL CATECHISM
FIRST INSTRUCTION
Of the social power, considered in itself.

Question: — Any manifestation hides a reality; what constitutes the reality of social power?

Answer: — The collective force.

Q. — What do you call the collective force?

A. — Any being, and by that I mean only what exists, what is a reality, not a phantom, a pure idea, possesses in itself, to whatever degree, the faculty or property, as soon as it finds itself in the presence of other beings, of being able to attract and be attracted, to repulse and be repulsed, to move, to act, to think, to produce, at the very least to resist, by its inertia, influences from the outside.

This faculty or property, one calls force.

Thus force is inherent, immanent in being: it is its essential attribute, and what alone testifies to its reality. Take away gravity, and we are no longer assured of the existence of bodies.

Now, it is not only individuals that are endowed with force; collectivities also have theirs.

To speak here only of human collectivities, let us suppose that the individuals, in such numbers as one might wish, in whatever manner and to whatever end, group their forces: the resultant of these agglomerated forces, which must not be confused with their sum, constitutes the force or power of the group.

Q. — Give examples of this force.

R. — A workshop, formed of workers whose labor converges towards the same goal, which is to obtain such-and-such a product,