De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/11

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/11/10 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/11/12

[original French]

universaux et categories, destitués de la fécondation du travail manuel et de l'expérience, ne sont propres qu'à entretenir dans l'esprit une rêverie stérile, qui l'épuisé et le tue.

Le principe de M. Babinet est donc irréprochable, et pour ma part je n'hésite pas à le faire mien. Il n'y a dans les choses que les Rapports qui soient accessibles à nos intelligences : quant à leur nature en soi, elle nous échappe. C'est faire preuve d'un génie antiscientifique de s'en occuper. Négliger l'absolu, comme dit M. Babinet, pour ne s'occuper que des rapports, tel est le sommaire de la méthode que l'industrie suivait dans le savoir, que la philosophie a mis deux mille ans à formuler, à laquelle nous devons tout ce que nous possédons de connaissances physiques, et qui nous a valu déjà, daus les sciences de l'esprit, les recherches précieuses des Montesquieu, des Vico, des Herder, des Lessing, des Condorcet, et les premiers matériaux de l'économie sociale.

Ainsi, voilà qui est entendu. Ce que M. Babinet appelle les choses en soi, comme quand il dit la matière en soi le temps en soi, l'espace en soi, la force en soi, ou l'Absolu, est justement ce que la philosophie nomme le côté métaphysique, ontologique ou transcendantal des choses, par opposition à la partie observable, mesurable, comparable, qui constitue le côté phénoménal. Aux exemples cités par M. Babinet, on peut joindre la cause, la substance, la vie, l'âme, l'esprit, la matière, tous les concepts ou idées pures, jusques et y compris celui de Dieu.

Et la méthode scientifique, celle qui a produit toutes les découvertes modernes, consiste, comme il vient d'être dit avec une lucidité incomparable par M. Babinet, non pas à nier Yen soi des choses, ce que l'esprit conçoit comme leur sujet, substratum, ou soutien, sans qu'il puisse le pénétrer et en rien apprendre, mais à écarter cet en soi, ce côté transcendantal, caput mortuum de l'alambic intellectuel, pour s'attacher exclusivement à la phénoménalité, aux rapports.

III. — Ici, monseigneur, je crois vous voir me dire, avec un sourire d'ironie :

" Nous connaissons les hautes prétentions de la philosophie moderne. Nous savons qu'elle ne vise à rien de moins

[English translation]

categories and universals, removed from the fertilization of manual work and experience, not only are clean in the spirit maintain a sterile daydream, which depletes and kills.

The principle of M. Babinet is impeccable, and for my part I do not hesitate to do mine. There are things in the reports that are available to our intelligence: in nature in itself, it escapes us. It has demonstrated an anti genius to take a look. Neglecting the absolute, as Babinet says, to deal only with relations: this is the summary of the method that industry pursues in knowledge, that philosophy has spent two thousand years forming, when we have all that we have knowledge of physics, which has earned us already, in the spirit of science, the valuable researches of Montesquieu, Vico, Herder, Lessing, Condorcet, and the first materials of social economy.

Thus, here is what is understood. That which M. Babinet calls the things in themselves [en soi], as when he speaks of matter in itself, time in itself, space in itself, force in itself, is just that which philosophy names the metaphysical, ontological, or transcendental aspect [côté] of things, in opposition to the observable, measurable, comparable part, which constitutes the phenomenal aspect. To the examples cited by M. Babinet, one can add cause, substance, life, soul, spirit, matter, all the pure concepts or ideas, up to and including that of God.

And the scientific method, that which has produced all modern discoveries, consists, as it comes to be said with incomparable lucidity by M. Babinet, not of negating the in itself [en soi] of things, that which the mind conceives as their subject [sujet], substratum, or support [soutien], without which it is able [puisse] to penetrate it and understand nothing, but in leaving behind this in itself, this transcendental aspect, caput mortuum of the intellectual alembic, in order to attach itself exclusively to phenomenality, to relations [rapports].


III. — Here monsignor, I imagine that you are ready to reply, with an ironic smile:

“We know the high pretensions of modern philosophy. We know that it aims at nothing less