De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/112

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/112/111 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/112/113

[original French]

tendement, comme si la séparation abstraite des attributs de l'entendement produisait deux sortes d'intelligences? Suffit-il de réaliser une métaphore pour jeter bas tout ce que la raison des peuples a créé d'institutions, et arracher à la civilisation, déjà si compromise, ses vieux, ses éternels fondements? L'élimination de l'absolu n'est qu'une négation, après tout: c'est le sacrifice de l'intérêt propre, recommandé au nom de la charité par l'Evangile, exigé en certains cas par la Justice. Il faut autre chose pour faire croire à la réalité de la raison collective. Quel est l'ensemble de ses idées? ce qui revient à dire, quel est le système qu'au nom de cette raison l'on propose d'établir à la place de l'ancien ordre de choses?

Allons plus loin. Quand même, au nom des idées nouvelles, le système des rapports sociaux aurait été renouvelé de fond en comble, serait-ce un motif d'admettre dans le corps social, comme réalité noologique ou psychique, une intelligence sui generis, de la même manière que nous reconnaissons dans l'être vivant, homme ou animal, une pensée, un instinct, une intelligence? Passe pour la force de collectivité, résultant du rapport de coopération et de commutation des forces particulières; mais une intelligence de collectivité, une âme sociale, le sens intime y répugne. Où. la loger? Qui l'exprimera? Allons-nous créer un vicariat, un sacerdoce, à cet autre Logos? Après avoir détruit en nous cette double conscience tant reprochée à la religion, allons-nous la recréer par cette raison collective, dont les prescriptions ont tant de peine à pénétrer dans la raison particulière? Au lieu d'assurer par cet échafaudage la foi publique, ne sera-ce pas nous jeter dans une autre hypocrisie?

Telles sont les difficultés. Le système de la raison publique, sa réalité, son organisme, sa nécessité- pour la garantie de la foi publique, c'est à dire sa fin: voilà ce que je vais tâcher d'éclaircir le plus brièvement qu'il se pourra.

LVIII. — Système de la raison publique, ou social. Que de fois ne me suis-je pas entendu adresser ce com-

[English translation]

as if the abstract separation of the attributes of the understanding would produce two kinds of intelligence? Is it sufficient to make a metaphor to throw down whatever institutions the reason of the nations has created, and wrest from civilization, already so compromised, its old, its eternal foundations? The elimination of the absolute is only a negation, after all: it is the sacrifice of self-interest, recommended under the name of charity by the Gospel, demanded in certain cases by Justice. Something else is needed for us to believe in the reality of the collective reason. What is the ensemble of its ideas? which comes down to asking, what is the system that we propose, in the name of this reason, to establish in place of the old order of things?

Let us go further. Even when, in the name of of new ideas, the system of social relationships has been renewed from top to bottom, is this a reason to admit the social body, as a noologique or mental reality, an intellect sui generis, in the same way that we recognize in the living being, man or animal, a thought, an instinct, an intellect? Allow the force of the collectivity, resulting from the relation of cooperation and from the commutation of particular forces, but the inner sense balks at an intelligence of the collectivity, a social soul. Where is it housed? Who expresses it? Shall we create a vicariate, a priesthood, to this other Logos? After having destroyed in ourselves that double conscience so reproached in religion, are we going to recreate it in the form of this collective reason, whose prescriptions have such difficulty penetrating the particular reason? Instead of bolstering the the public faith by means of this scaffolding, are we not thereby thrown into another hypocrisy?

Such are the difficulties. The system of public reason, its reality, its organism, its necessity for the guarantee of public faith, that is, its end: that is what I will try to clarify as briefly as possible.


LVIII. — System of public reason, or social system.

How many times have I heard addressed this compliment