De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/114

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/114/113 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/114/115

[original French]

J'ai refuté d'avance toutes ces imaginations, en exposant les faits et les principes qui les écartent à jamais.

En ce qui touche la substantialité et l'organisation de l'être social, j'ai montré la première dans ce surcroît de puissance effective qui est propre au groupe, et qui excède la somme des forces individuelles qui le composent; j'ai donné la loi de la seconde, en faisant voir qu'elle se réduit àune suite de pondération des forces, des services et des produits, ce qui fait du système social une équation générale, une balance. Entant qu'organisme, la société, l'être moral par excellence, diffère essentiellement des êtres vivants, en qui la subordination des organes est la loi même de l'existence. C'est pourquoi la société répugne à tonte idée de hiérarchie, ainsi que le fait entendre la formule : Tous les hommes sont égaux en dignité par la nature et doivent devenir équivalents de conditions par le travail et la Justice.

Or, telle est l'organisation d'un être, telle sera sa raison: c'est pourquoi, tandis que la raison de l'individu affecte la forme d'une genèse, comme on peut le voir par toutes les théogonies, les gnoses, les constitutions politiques, la syllogistique; la raison collective se réduit, comme l'algèbre, par l'élimination de l'absolu, à une série de résolutions et d'équations, ce qui revient à dire qu'il n'y a véritablement pas, pour la société, de système.

Ce n'est pas un système en effet. dans le sens qu'on attache ordinairement à ce mot, qu'un ordre dans lequel tous les rapports sont des rapports d'égalité; où il n'existe ni primauté, ni obédience, ni centre de gravité ou de direction; où la seule loi est que tout se soumette à la Justice, c'est à dire à l'équilibre.

Les mathématiques forment-elles un système? Il ne tombe dans l'esprit de personne de le dire. Si dans un traité de mathématiques quelque trace de systématisation se décèle, elle est du fait de l'auteur; elle ne vient point de la science même. Il en est ainsi dans la raison sociale.

Deux hommes se rencontrent, reconnaissent leur dignité, constatent le surcroît de bénéfice qui résulterait pour tous deux du concert de leurs industries, et se garantissent en conséquence l'égalité, ce qui revient à dire,

[English translation]

I have refuted in advance all these imaginations, by exposing the facts and principles which exclude them forever.

With respect to the substantiality and organization of the social being, I have shown the first in that surplus of effective power which is proper to the group, which exceeds the sum of individual forces that comprise it; I gave the law of the second, showing that it reduces itself to a series of the weightings of forces, services and products, which makes the social system a general equation, a balance. That organism, society, the moral being par excellence, differs essentially so much from living beings, in which the subordination of organs is the law of existence. That is why society is averse to any notion of hierarchy, and thus made the formula: All men are equal in dignity by nature and must become equivalent in conditions through work and Justice.

Now, as a being is organized, such will be its reason: that is why, while the reason of the individual affects the form of a genesis, as can be seen by all the theogonies, gnoses , political constitutions, syllogistics; collective reason reduces itself, like algebra, by the eliminaton of the absolute, to a series of resolutions and equations, which means that there is really not, for society, a system.

It is not a system, indeed, in the sense that usually attaches to this word, but an order in which all relations are relations of equality, where there exists neither rule nor obedience, neither center of gravity nor of direction; where the only law is that everyone abide by Justice, i.e., balance.

Does mathematics constitute a system? It does not fall into anyone’s mind to say so. If, in a treatise of mathematics, some trace of systematization is detected, it is due to the author, not at all the science. It is thus in the social reason.

Two men meet, recognize their dignity, state the additional benefit that would result for both from the concert of their industries, and consequently guarantee equality, which means