De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/122

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/122/121 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/122/123

[original French]

l'Académie; il n'est justiciable que de M. Lélut ou cie M. Zangiacomi.

Pourquoi, au contraire, dès qu'il s'agit de philosophie morale, les rapsodies religieuses, les histoires sacrées, les relations de miracles, trouvent-elles, dans ce même Institut, un favorable accueil? Pourquoi ce qui est dédaigné, conspué, voué'au cabanon par MM. de l'Institut, chez les adeptes de la sorcellerie moderne, est-il loué, récompensé, couronné, chez les apologistes de la foi? Sur quoi fondé établit-on entre ceux-ci et ceux-là une différence?

Nous sommes vis-à-vis de l'absolu en état de guerre. Jusqu'à ce que l'humanité ait secoué cette terreur, il est du droit et du devoir de la Révolution d'en poursuivre partout les vestiges et d'en neutraliser l'influence. Notre moralité et notre progrès en dépendent. D'autres, en haine de l'Eglise, dont la conduite après 1848 a trompé leur attente, voteront la suppression du budget des cultes, satisfaction promise à la Révolution, dont je n'ai plus à m'occuper. Je demande que le lendemain de ce vote on n'ouvre pas un crédit pour la célébration de quelque fête à l'Etre suprême ; je demande que la foi théologique reste à l'avenir dans le cœur des croyants, devenus pour tout de bon, selon la parole de l'Evangile, adorateurs en esprit. Quant à la multitude, la seule religion qui lui convienne désormais est celle de sa propre dignité. Apprenons-lui, à cette multitude trop longtemps avilie, que l'idée de Dieu lui fut donnée comme allégorie de la Justice ; et Dieu et la Justice y gagneront tous deux : le premier, de mériter enfin notre estime; la seconde, de n'être plus tenue en échec par sa soi-disant caution.

LXI. — La raison publique, seule garantie de la foi publique.

Où l'absolu règne, où l'autorité pèse sur l'opinion, où l'idée d'une essence surnaturelle sert de base à la morale, où la raison d'Etat prime tous les rapports sociaux, il est inévitable que la dévotion à cette essence, l'autorité qui la représente, les exceptions qu'elle crée au droit et au devoir, les intérêts qu'elle fait naître, l'emportent dans les cœurs sur le respect de la foi publique : ce qui veut dire

[English translation]

the Academy; it is only justiciable de M. Lélut ou cie M. Zangiacomi.

Why, on the contrary, as soon as it is a question of moral philosophy, do the religious rhapsodies, the sacred histories, the stories of miracles find, in that same Institute, a favorable accueil? Why is that which is scorned, conspué, voué au cabanon par MM. de l'Institute, among the adepts of the modern sorcery, is it loué, récompensé, crowned, among the apologists for faith? On what basis is the difference between the one and the other established?

We are in a state of war with regard to the absolute. Jusqu'à ce que l'humanité ait secoué cette terreur, it is the right and duty of the Revolution to pursue partout the vestiges of it and to neutralize the influence of it. Our morality and our progress depend on it. D'autres, en haine de l'Eglise, dont la conduite après 1848 a trompé leur attente, voteront la suppression du budget des cultes, satisfaction promise à la Révolution, dont je n'ai plus à m'occuper. Je demande que le lendemain de ce vote on n'ouvre pas un crédit pour la célébration de quelque fête à l'Etre suprême; I ask that the theological faith remain in the future in the hearts of the believers, devenus pour tout de bon, according to the words of the Gospel, adorateurs en esprit. As for the multitude, the only religion which convienne it from now on is that of its own dignity. Apprenons-lui, to that multitude so long avilie, that the idea of God was given to it as an allegory of Justice; and God and Justice y gagneront tous deux: the first, by finally meriting our esteem; the second, by being no longer held in check by its so-called [caution].

LXI. — Public reason, sole guarantee of public faith.

Where the absolute reigns, where authority bears on opinion, where the idea of a supernatural essence serves as the basis of morals, where the reason of the State prime all social relations, it is inevitable that the devotion to that essence, the authority which represents it, the exceptions to right and duty that it creates, to interests to which it gives rise, l'emportent in the hearts sur le respect of public faith: which means