De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/124

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/124/123 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/124/125

[original French]

sification, elle tend à assurer la liberté et le bien-être dé tous par l'équation des rapports, ce que nous avons nommé ailleurs balance des services et des produits.

Ce que la Révolution cherche comme son objet propre étant donc le rapport ou la raison des choses, l'équilibre des forces et des intérêts, en un mot le droit pur, abstraction faite de tout élément absolutiste, les opinions extra- juridiques , en fait de gouvernement et d'organisation sociale, tombent devant elle comme les opinions religieuses; elle ne s'en inquiète plus. Elle professe à l'égard des partis et des écoles, toujours formés dans un but absolutiste, et qu'elle n'a garde d'ailleurs d'interdire , puisqu'ils constituent la vie même de la société, elle professe, dis-je, la même impartialité ou indifférence qu'à l'égard des Eglises : le seul point sur lequel elle se montre intolérante est le respect de la Justice, qu'elle représente exclusivement.

Dans ces conditions la foi publique est assurée, au moins en ce qui touche les intérêts généraux du pays. Dès lors, en effet, que le gouvernement se borne à déterminer et assurer des rapports, sans acception d'opinions ni de partis, il n'y a plus, pour lui ni pour personne, de trahison à craindre, pas plus que de serment à exiger.

LXII. — Allons plus loin : le jour où la démocratie, devançant les événements, aura ainsi défini sa pensée et son objet, il est impossible qu'elle n'absorbe pas bientôt la masse de la nation, et qu'elle compte plus jamais de renégats. Organe du droit pur, de la science pure, comment perdrait-elle un seul adhérent?

Un homme ne transige pas sur une question scientifique, une formule de géométrie : ce serait comme un faux en écriture publique, un crime pour lequel sa conscience ne trouverait pas d'excuse. On ne transige que sur des questions d'absolu, insolubles de leur nature, telles que sont encore, pour l'immense majorité des hommes, les choses de la politique, de l'économie et de la morale. Toute apostasie est ainsi préparée par un scepticisme latent, dans lequel l'apostat, soi-disant homme de parti, mais en réalite gouverné seulement par l'intérêt, trouve toujours ce prétexte, que, l'absolu blanc n'étant pas plus

[English translation]

classification, it tends to insure the liberty and well-being of all by the equalization of relations, what we have named ailleurs the balance of services and of products.

What the Revolution seeks as its proper object being thus the relation or the reason of things, the equilibrium of forces and interests, in short pure right, setting aside all absolutist elements, the extra-juridical opinions, en fait de government and social organization, fall before it like the religious opinions; elle ne s'en inquiète plus. Elle professe à l'égard des partis et des écoles, toujours formés dans un but absolutiste, et qu'elle n'a garde d'ailleurs d'interdire, puisqu'ils constituent la vie même de la société, elle professe, dis-je, the same impartiality or indifference with regard to the Churches: the sole point on which it shows itself intolerant is the respect of Justice, qu'elle représente exclusivement.

Under these conditions the public faith is assured, at least in that which regards the general interests of the country. As soon, indeed, as the government se borne to determine and insure the relations, without acception of opinions nor of parties, there is no longer, for it nor for anyone, treason to fear, pas plus que de serment à exiger.

LXII. — Let us go farther: the day when democracy, devançant les événements, will have thus defined its thought and its object, it is impossible that it will not soon absorb the mass of the nation, and that it will no longer ever count any renegades. Organ of pure right, of pure science, how could it lose a single adherent?

Un homme ne transige pas sur une question scientifique, une formule de géométrie : ce serait comme un faux en écriture publique, un crime pour lequel sa conscience ne trouverait pas d'excuse. On ne transige que sur des questions d'absolu, insolubles de leur nature, telles que sont encore, pour l'immense majorité des hommes, les choses de la politique, de l'économie et de la morale. Toute apostasie est ainsi préparée par un scepticisme latent, dans lequel l'apostat, soi-disant homme de parti, mais en réalite gouverné seulement par l'intérêt, trouve toujours ce prétexte, que, l'absolu blanc n'étant pas plus