De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/131

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/131/130 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/131/132

[original French]

HUITIEME ETUDE


CONSCIENCE ET LIBERTÉ
CHAPITRE PREMIER


Objections idéologiques : Qu'il s'agit bien moins de donner les formules de la Justice que d'en procurer l'obserrance, pour laquelle on ne se peut passer de religion.


Monseigneur,

I. — Fénelon, au xixe livre du Télémaque, conduisant son héros aux enfers, lui donne cette leçon de théologie :

Télémaque, voyant les trois juges qui condamnaient un homme, osa leur demander quels étaient ses crimes. Aussitôt le condamné, prenant la parole, s'écria : Je n'ai jamais fait aucun mal; j'ai mis tout mon plaisir à faire du bien; j'ai été magnifique, libéral, juste, compatissant : que peut-on me reprocher? Alors Minos lui dit : On ne te reproche rien à l'égard des hommes ; mais ne devais-tu pas moins aux hommes qu'aux dieux? Quelle est donc cette justice dont tu te vantes? Tu n'as manqué à aucun devoir envers les hommes, qui ne sont rien ; tu as été vertueux, mais tu as rapporté toute ta vertu à toi-même, et aon'aux dieux qui te l'avaient donnée : car tu voulais jouir du fruit de ta propre vertu, et te renfermer en toi-même; tu as été ta Divinité. Mais les dieuj qui ont tout fait, et qui n'ont rien fait pour eux-mêmes, ne. peuvent renoncer à leurs droits. Tu les as oubliés, ils t'oublieront ; ils te livreront à toi-même, puisque tu as voulu être à toi, non pas à eux. Cherche donc maintenant, si tu le peux, ta consolation dans ton propre cœur. Te voilà à jamais séparé des hommes, auxquels tu as voulu plaire; te voilà seul avec toi-même, qui étais ton

[English translation]


<references/>