De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/134

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/134/133 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/134/135

[original French]

" Justice dans le travail ;

" Justice dans la direction de l'esprit.

" Vous avez, à votre manière, développé l'application cie cette Justice. A cette apparence de système, vous avez opposé la discipline de l'Eglise, dont le fond et la pensée se retrouvent dans toutes les institutions de l'humanité, et qui s'impose à la raison du philosophe et du législateur avec la même nécessité qu'une catégorie de l'entendement. Et pour avoir fait ce parallèle, vous vous imaginez avoir élevé, sur les ruines de la religion, ce que vous appelez la. Justice révolutionnaire. Vous n'êtes seulement pas à la. question.

" a. Quand votre théorie serait aussi irréprochable que vous paraissez le croire, qu'est-ce qu'il s'ensuivrait? • " Que vous- auriez donné une déduction de la Justice, telle à peu près qu'elle doit exister dans une nature saine, dans un sujet vierge et sortant des mains de Dieu; vous auriez montré la Justice comme il est de foi dans l'Eglise que l'homme la posséda au Paradis terrestre, avant qu'il se fut laissé corrompre à la suggestion du tentateur. .

" Dans cet état d'innocence, nous voulons bien vous l'accorder, la Justice serait conforme à vos définitions. Ce n'est pas à une pareille morale que nous disons anathème.

" Mais cette virtualité de Justice dont vous prenez tant de peine à développer les applications, cette énergie victorieuse de notre faculté juridique, existe-t-elle au point que votre théorie le suppose? Là est la question, et cette question, vous ne l'avez pas même touchée.

" Or l'Eglise, et tous les peuples avec elle d'un consentement unanime, attestent, et l'expérience de toute l'histoire prouve, que la Justice dont vous parlez est perdue, que l'âme humaine est infectée, que cette infection profonde rend en elle le sentiment du droit et du devoir inefficace ; qu'un supplément de secours lui est indispensable pour faire le bien que la société attend d'elle et que lui commande son Auteur.

" Voilà ce que dit l'Eglise, et que vous ne voulez pas entendre. Niez-vous, par hasard, l'existence du mal, vous qui l'imputez à la religion?

" Or, si le mal existe, si le mal déborde, comment l'expliquez-vous dans votre théorie? D'où

[English translation]

translated text...

Notes

<references />