De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/140

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/140/139 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/140/141

[original French]

seul produit la vertu, se trouvant trop faible, l'homme est au dessous de sa destinée, ce qui est contradictoire.

Accuser de ce manque de vertu les institutions, la tyrannie des grands, l'indignité de la multitude, la corruption du prêtre, c'est prendre les symptômes de la maladie pour la cause. Comment la tyrannie a-t-elle pris naissance, comment plus tard a-t-elle été soufferte, sinon par la complicité de la masse? Comment l'homme, que la nature, suivant nous, a créé digne, tombe-t-il ensuite dans l'indignité? L'animal est fidèle à son instinct : d'où vient que l'homme seul trompe son propre cœur, qu'il se montre lâche, immoral, et, malgré le vœu de son âme, insocial?

En deux mots, si, comme la prévalence du péché induit à le croire, la Justice est inefficace, la Justice est une chimère ; elle n'est pas de l'humanité, et il ne nous reste qu'à ployer les genoux. Telle est l'objection.

Je laisse de côté l'opinion de quelques théologiens mitigés, qui m'accuseront peut-être d'avoir forcé le sens du christianisme, et pensent que l'homme déchu est encore doué de quelque capacité pour le bien, soutenant seulement que cette capacité eût été incomparablement plus grande sans le péché originel.

Ces théologiens de juste milieu, en croyant sauver leur foi des dangers du rigorisme, ne s'aperçoivent pas qu'ils la livrent. Si peu que vous accordiez d'efficacité propre à la conscience, elle n'a plus besoin de grâce supplémentaire ; l'homme peut marcher seul, et la religion devient inutile. Car, de même que ce n'est pas tant par la force physique que l'ouvrier triomphe de la fatalité du travail, mais par l'intelligence de son industrie ; de même ce n'est pas tant par son énergique sainteté que l'homme se préserve du mal, mais par son intelligence de la Justice, par la prudence de sa conduite, par les garanties sociales dont il s'environne. Dieu lui-même ne tiendrait pas à un héroïsme de tous les instants. Toute notre puissance morale est précisément dans cette étincelle, qui n'attend pour nous embraser que le souffle de l'intelligence.

Nous touchons aux profondeurs de la psychologie.

Le fait du péché ou de l'esclavage de l'âme élevant le doute de l'efficacité de la Justice, la Justice est menacée

[English translation]

translated text...

Notes

<references />