De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/142

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/142/141 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/142/143

[original French]

les religionnaires vos prédécesseurs et vos copistes, vous professez par cette belle théorie? Ce que l'on peut imaginer de plus immoral, le pyrrhonisme.

Humainement, vous ne croyez point à la Justice. C'est uniquement par votre foi en la Divinité que vous vous rendez compte d'une loi qui sans cela n'existerait pas pour vous, suivant ce que ditBergier, appuyé par monseigneur Gousset :

Aucune raison purement humaine ne peut établir la distinction du bien et du mal; et s'il n'avait plu à Dieu de nous faire connaître son intention, le fils pourrait tuer son père sans être coupable.

Otez Dieu, vous n'avez plus ni foi ni loi; vous êtes parricide, voleur, faussaire, traître à la patrie, incestueux, pédéraste.

Et la philosophie spiritualiste est d'accord avec vous. Elle aussi nie l'efficacité de la conscience, le discernement du bien et du mal; et sans la connaissance qu'elle prétend avoir de Dieu par la raison, faculté supérieure, à son avis, et en quelque sorte divine, elle dirait comme vous, que l'athée honnête homme est une franche dupe, tandis que le fils qui empoisonne son vieux père pour économiser la pension qu'il lui paie est un praticien qui raisonne juste.

Eh quoi! Vous ne reculez pas devant cette effroyable doctrine qui a versé sur le monde plus de crimes que le sacerdoce n'en a jamais absous; qui vous a fait méconnaître, violer, sous prétexte de discipline, tous les préceptes de la Justice ; à laquelle vous sacrifiez sans remords les droits de l'homme, du citoyen, de l'ouvrier, de l'enfant, de la femme !

Certes, quand le christianisme se présenta au monde avec son triple dogme d'un Dieu révélateur et rédempteur, d'une prévarication originelle, et d'une grâce nécessaire, il ne se doutait guère qu'il élevât sur la Justice un doute cent fois plus désastreux, plus immoral, que celui de Pyrrhon. Il se croyait si sûr de sa foi! Son espérance était si vive, et la raison humaine semblait si faible !

Pardonnons au christianisme, et jugeons-le comme luimême nous juge, sur l'intention. Le christianisme, damnant les héros et les sages, ceux qui pratiquent la Justice

[English translation]

translated text...

Notes

<references />