De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/143

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/143/142 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/143/144

[original French]

gratuitement et pour elle-même, tandis qu'il ouvre le ciel aux âmes basses à qui la peur de l'enfer arrache un hypocrite Peccavi, a cru servir la Justice : s'il eût manqué à son œuvre, qu'explique d'ailleurs la loi du développement humain, c'est alors qu'il eût été immoral.

V. — Preuve par le sens intime.

La situation faite à la Justice par la pensée religieuse étant la même que celle faite à la certitude par Pyrrhon, c'est par l'argument qui a défait Pyrrhon que je commence ma réponse aux objections de la théologie.

Descartes, cherchant un point solide a la connaissance, débute par se dire, à l'exemple des anciens douteurs :

Existe-t-il une vérité? Et, en supposant que quelque chose de vrai existe, puis-je le découvrir? Puis-je en acquérir la certitude? A quel signe le reconnaître? Qui m'en garantira la légitimité? Sont-ce mes sens, qui me trompent, et ne me font voir que le particularisme des choses? Sont-ce mes notions, dont rien ne me garantit la légitimité; qui participent de Terreur de mes sens, bien qu'elles ne soient pas données uniquement dans la sensation; qui . d'ailleurs ne m'apprennent rien toutes seules et sans le secours perpétuel de mes sens? Est-ce mon sentiment intime, qui n'entre en action qu'autant que je suis en rapport avec les choses extérieures? A qui croire? A qui me fier? Où me renseigner? Par où commencer? Quel est le principe, à l'abri de tout soupçon, sur lequel je vais fonder ma philosophie? Car il est clair que si je trouve le point d'attache, le reste ira de lui-même. Detur mihi punctum, et krram movebo, disait Archimède.

Tel fut le doute hypothétique, condition préalable de toute philosophie, auquel se soumit Descartes.

C'est bien évidemment le même doute qui frappe aujourd'hui la morale.

A l'exemple des acataleptiques, les transcendantalistes soutiennent qu'il n'est pas pour l'homme, en dehors de la foi en Dieu, de morale; que toutes ses actions, au point de vue de la conscience naturelle, sont indifférentes; que la distinction du bien et du mal est arbitraire; que d'ailleurs, la morale existât-elle, l'homme est incapable, par sa volonté comme par sa raison, d'y atteindre ; qu'il ne saurait

[English translation]

translated text...

Notes

<references />