De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/153

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/153/152 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/153/154

[original French]

quant aux exceptions individuelles, outre que les sujets se méconnaissent le plus souvent eux-mêmes, elles ne prouvent pas plus contre la réalité de la Justice que l'oblitération de la mémoire chez certains malades, la privation de la vue, de l'ouïe, de l'odorat, ne prouvent contre l'existence des mêmes facultés dans le genre humain. Il y a des eunuques de naissance, des femmes stériles ; cela prouvet-il que l'amour et la génération soient une fable?

Oui, l'exercice du sens moral, de la fonction juridique, est lent à s'établir dans l'humanité ; qui ne voit que c'est précisément afin de suppléer à cette lenteur que la nature crée en nous cette autre conscience tout idéale, d'autant plus vive dans le sujet qu'il se rapproche plus de l'enfance, le respect divin, la religion? Niera-t-on aussi que la religion ait son foyer dans une action particulière de l'âme, et n'y verra-t-on encore que le produit de notions erronées, à l'inverse de la science, qui est le produit des notions exactes ?

Je crois superflu de réfuter ici de pareilles opinions, dont la science elle-même a fait justice. Il est admis partout aujourd'hui, et la phrénologie la plus matérialiste le reconnaît, que la religiosité est un attribut de l'âme, un mode de son activité, ce que j'appelle une fonction; tout ce que je prétends, c'est que cette religiosité, sorte de supplément à la Justice, n'est autre chose au fond que la forme première, idéale, objective, symbolique de la Justice, forme qui doit diminuer, s'atrophier, par le progrès de la Justice qu'elle représente. C'est pour cela que les races dont la théologie est la plus savante sont aussi celles qui ont fait le plus de progrès dans le droit : il suffit de nommer Rome, l'Italie, la France et l'Allemagne. C'est parce que la France fut jadis très chrétienne qu'elle est devenue la France révolutionnaire.

Si les institutions civiles ou judiciaires ont un sens ; si les lois de l'urbanité, si la noblesse, l'héroïsme, l'honneur chevaleresque, signifient quelque chose ; si la religion, que depuis trois siècles nous voyons progressivement s'éteindre, n'a pas éte un phénomène sans portée, et si sa disparition appelle invinciblement un sentiment nouveau, plus réel, plus énergique, pour continuer son œuvre ; si la Justice enfin est le seul des préjugés humains devant le-

[English translation]

translated text...

Notes

<references />