De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/155

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/155/154 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/155/156

[original French]

l'homme, tombe devant la Justice, expression de l'absolu humain, à qui, d'après Descartes et Kant, il est défendu de douter de lui-même.

XI. — La double preuve dé la réalité de la Justice faite, et je rappelle que je la fais à la manière de Descartes , en m'appuyant, non plus sur une hypothèse transcendantale ou sur un postulé tiré de la nécessité sociale, mais sur le témoignage direct et sur les manifestations fonctionnelles de la conscience, tirons-en, toujours à la manière de Descartes, les conséquences antithéologiques.

Si je possède la notion du bien, et si je le nomme, en un mot si je le pense, cela veut dire tout à la fois que je le fais et que je le suis, attendu, d'un côté, que penser c'est fonctionner, c'est faire, c'est être; de l'autre, que ma pensée ne pouvant être séparée de moi, le produit de cette pensée est nécessairement mien, ce qui veut dire que l'homme est par lui-même et foncièrement juste, et qu'il ne devient injuste que par autre cause. Cogito, ergo sum.

En d'autres termes, toute pensée de Justice est. un commencement de justification, de même que toute pensée d'amour est un commencement d'amour, toute pensée de raison un commencement de raison. Comme l'amour et la raison, la Justice, même simplement pensée, ajoute à notre être, elle l'ampline et l'ennoblit; pareillement le vice, même simplement pensé, est pour nous une diminution de l'être, une défaillance, un avilissement.

Ainsi je suis tout à la fois sujet et objet du bien que je pense, sujet et objet du mal, selon que ma conscience pense, veut, produit, tous ces mots sont synonymes, l'un ou l'autre.

Qu'ai-je besoin à présent, pour m'avancer dans la vertu, d'un protectorat transcendantal, Dieu, Messie, Esprit saint, ou autre? C'est Descartes qui, après avoir renversé le pyrrhonisme en posant le moi, a donné l'exemple d'abandonner aussitôt la phénoménalité du moi pour s'attacher à l'absolu, et en déduire, dans l'ordre de la Justice comme dans l'ordre ontologique, les prétendues lois. Quel fruit avons-nous recueilli de cette méthode, si bien exploitée par Spinoza, Malebranche, les Ecossais et les Alle-

[English translation]

translated text...

Notes

<references />