De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/163

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/163/162 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/163/164

[original French]

que cette loi lui est immanente, non communiquée du dehors, et que c'est de la reconnaissance de cette loi en autrui comme en nous-mêmes que naît ensuite le devoir, ou la plénitude de la Justice.

C'est donc la formule de ce devoir qu'il nous importe maintenant de recueillir, puisque, si l'homme était seul, sa dignité n'ayant pas de corrélative, il n'y aurait pas lieu pour lui de chercher la règle de ses obligations : sa morale se réduirait à la liberté.

Or, voici ce que porte la déclaration de l'an III :

Tous les devoirs de l'homme et du citoyen dérivent de ces deux principes, gravés par la Nature dans tous les cœurs :

Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fit ;

ïaites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir.

La formule est double, négative et positive : elle prescrit autant qu'elle défend. Mais ce n'est pas là ce que je veux relever, et sur quoi portera mon commentaire.

Ce que l'on a point assez remarqué, peut-être pas remarqué du tout, car je ne me souviens de l'avoir vu nulle part, c'est qu'au moyen de cette maxime, la première peutêtre qu'ait formulée le cerveau humain, et dont on retrouve la trace chez les sages de la Chine plus de 2,000 ans avant Jésus-Christ, la distinction du bien et du mal est faite, conséquemment la loi édictée, pour tous les degrés de civilisation et tous les cas possibles.

C'est le Fiat lux du législateur, à l'aide duquel il n'y a plus d'actions indifférentes, quelque variable que soit la formule qui les régit ; plus d'incertitude sur le juste et l'injuste, en un mot plus d'excuse à l'infraction.

Un de mes regrets, en lisant YEssai de M. Cournot sur les fondements de nos connaissances, a été de voir ce savant homme, entraîné par son idée fixe de la raison des choses, raisonner de la Justice et de la morale comme le théologien monseigneur Th. Gousset, et appliquer son système de probabilité à la distinction des crimes et des délits : comme si la Justice avait sa raison dans les choses ! comme si cette raison juridique n'était pas au contraire, ainsi que nous la montre la Constitution de 95, tout entière dans les personnes ! Eh! sans doute, monsieu

[English translation]

translated text...

Notes

<references />