De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/164

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/164/163 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/164/165

[original French]

l'Inspecteur, votre calcul de prohabilité peut être utile s'il s'agit d'évaluer un produit, d'apprécier un service, une situation, un dommage, de fixer le juste prix des marchandises, le taux exact de l'intérêt et de l'escompte; il peut servir encore à prévoir les actes de la spontanéité humaine : mais ce n'est pas dans ce calcul, dans cette détermination objective, que se trouve la Justice, et quelque erreur que nous commettions à cet égard, la certitude du droit n'en peut souffrir. La Justice est dans notre volonté et résolution de traiter autrui, en toutes choses, comme nous-mêmes, c'est à dire selon le principe de l'égalité, autant que celle-ci nous apparaît, et nonobstant l'erreur commise debonne foi par les parties, laquelle erreur, quelque tort qu'elle fasse aux intérêts, ne compte, en morale, absolument pour rien.

Cette distinction établie entre la raison des choses, si mal à propos présentée comme critère de la Justice, et la raison des personnes, toute difficulté s'évanouit, tout s'explique. -Les aberrations de la pratique restent condamnables ; la conscience, qui s'y est livrée de bonne foi, est justifiée.

XVI. — Ainsi, sous la loi païenne et mosaïque l'esclavage est dans les mœurs, admis par le consentement universel, à tel point que le Pentateuque nous le montre comme un bien pour l'esclave, qui l'accepte, s'y tient volontairement, s'en honore, et souvent le réclame. Quel sera l'esprit de la loi? C'est que le maître doit en toute circonstance traiter son esclave comme il voudrait en être traité si les rôles étaient intervertis, et l'esclave servir son maître comme il voudrait l'être dans le même cas.

Cela justifie-t-il l'esclavage? En aucune façon. La loi part de l'hypothèse d'une commune ignorance ; elle statue d'après la donnée de l'opinion universelle, qui pose l'esclavage comme nécessaire, et ne reconnaît pas dans la raison des personnes un motif de le nier. Que si plus tard, avec le temps et l'expérience, la même opinion universelle vient à changer sur le fait de la servitude ; s'il est reconnu qu'un tel régime est contraire à la raison et à l'humanité, destructif de la personne et nuisible à tous les intérêts ; en un mot, si l'idée sociale, en s'élevant, répudie la servitude,

[English translation]

translated text...

Notes

<references />