De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/165

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/165/164 De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome III/165/166

[original French]

alors que le législateur fasse son devoir. L'institution doit changer, et tout eu changeant elle ne fera qu'accomplir, avec une plus parfaite intelligence, l'antique précepte, Faites à autrui comme vous voulez qu'il vous soit fait, lequel est invariable.

Je n'aurais donc rien à reprocher à la religion sur le fait de l'esclavage, si elle s'était bornée, comme la politique, à interpréter selon le progrès du temps et la mesure de l'opinion ce grand principe juridique de la raison des personnes. Au lieu de cela, elle s'est prévalue d'une soidisant raison des choses qui n'existe pas ; elle a fait de l'inégalité des personnes un dogme de sa théologie ; c'est en vertu de ce spiritualisme qu'elle a consacré une première fois l'esclavage en le réglementant par le ministère de Moïse, une seconde fois le servage en le faisant entrer dans sa hiérarchie, et qu'elle s'efforce aujourd'hui de maintenir le salariat, dernière forme de la servitude.

Qu'y a-t-il de plus inhumain que la guerre ? Et pourtant elle est susceptible de recevoir des applications nombreuses du principe, Faites à autrui, etc., applications dont l'ensemble forme le Droit De La Gueh.re, deux mots qui semblent rugir de se voir accouplés. Ainsi, entre nations qui admettent ce droit, il n'est plus permis de massacrer les prisonniers, de tuer les parlementaires ; bien plus, les traités de paix conclus entre le vainqueur et le vaincu, traités dont le droit a pour base la force, ces traités doivent être respectés comme s'ils avaient été consentis librement. Cela justifie-t-il, d'une manière absolue, la bataille? Non : le jugement de la force, ou la coutume qui a pour but de vider certains différends par les voies de la force, ne peut être considérée que comme une institution préparatoire. De même que la constitution politique doit un jour s'effacer devant la constitution économique, ainsi l'incorporation d'une nation dans une autre ne peut être revendiquée que dans des conditions particulières créées par l'absence même du droit économique. Jusque-là, la guerre demeure fatalement, de l'aveu de toutes les nations, une l'orme de la Justice. C'est pourquoi, dans une guerre selon les formes, quand le plus faible a succombé, quand, au lieu de protester jusqu'à la mort par la révolte ou le silence, il a imploré et obtenu l´aman, comme dit

[English translation]

translated text...

Notes

<references />