De la Justice dans la Révolution et dans l'Église/Tome VI/343

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search

déplorable en mysticisme et même en superstition, le moyen le plus efficace est de conserver, autant que les principes de la Révolution le permettent, le ministère ecclésiastique. En Allemagne, la liberté du protestantisme a si bien opéré, que des docteurs en théologie, tels que Schleiermacher, niant la divinité de Jésus Christ et croyant à peine à son existence, ne s'en disent pas moins chrétiens, et exercent, de la meilleure foi du monde et à la satisfaction générale, le ministère évangélique.

1 De la Justice dans la Révolution et dans l'Eglise, t. IV, pag. 345. » Ibid., t. IV, pag. 356.

L'Allemagne protestante a effectué, en trois siècles, son passage du catholicisme orthodoxe à la morale philosophique, sans qu'il en soit résulté pour les masses de perturbation sérieuse; tandis qu'en France, nonobstant la philosophie du dix-huitième siècle, le catholicisme s'est maintenu jusque bien au delà de la Révolution, et n'a reçu sa première secousse, je parle toujours des masses, que vers 1830, postérieurement aux missions et aux jubilés organisés sous le règne de Charles X par les jésuites. Depuis cette époque, le libertinage a été croissant, et les mœurs se sont affaissées avec la foi. Des novateurs de toute sorte se sont mis à parler de culte nouveau, de mystères, de miracles; en ce moment, la faveur est aux manifestations médianimiques. Je pense donc qu'il y aurait un réel avantage, pour l'instruction et la moralisation du peuple, de conserver, dans les termes et aux conditions indiqués dans le texte, la symbolique chrétienne. Ce serait révolutionner à la fois les esprits et les consciences, sans passer par le protestantisme, et sans se perdre dans le dévergondage des illuminés et des thaumaturges. La Révolution, vigoureusement conduite, peut opérer heureusement