De la capacité politique des classes ouvrières/81

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la capacité politique des classes ouvrières/81/80 De la capacité politique des classes ouvrières/81/82

[original French]

se rendre elles-mêmes semblables aux autres en entrant dans les voies du monopole. On vise au capitalisme. L'inertie volontaire de celles-ci est le vrai soutien de celles-là.

La prime d'assurance, disent les mutuellistes, n'est dans les conditions actuelles, pour la plus grande partie, qu'un tribut payé par le pays à l'insolidarité générale. Un jour viendra oùrle seul fait de la possibilité de pareilles spéculations sera imputé à prévarication et délit à tout gouvernement qui négligerait à ce point la protection des intérêts généraux.

CHAPITRE VII
Loi économique de l'offre et de la demande. — Correction de cette loi par le principe de mutualité.

Ce que nous venons de dire de l'assurance peut servir de type pour une critique générale du monde économique. Tout s'y trouve, eu effet, violation de la justice par le mépris du principe de mutualité ; abandon des droits de la société par l'incurie du gouvernement; extorsion de la fortune publique sous forme de prime ; inégalité et par suite iniquité dans les transactions, où l'on voit le petit sacrifié au grand, le pauvre payer plus que le riche ; création des monopoles et annihilation de la concurrence ; développement parallèle du parasitisme et de la misère.

L'hypocrisie de nos philanthropes s'est évertuée à chercher les causes du paupérisme et du crime : il ne les ont pas trouvées; c'était trop simple. Ces causes se réduisent à une seule : le droit économique partout violé. Le remède n'était pas plus difficile à découvrir : retour au droit économique par l'observation de la loi de mutualité. C'est sur quoi je ne me lasserai point d'appeler l'attention du lecteur jusqu'à pleine et entière conviction.

[English translation]

render themselves similar to the others by entering into the ways of monopoly. One aims for capitalism. The willful inertia of the former is the true support of the latter.

The insurance premium, say the mutualists, is in the present conditions, for the most part, only a tribute paid by the nation to the general lack of solidarity. A day will come with the sole fact of the possibility of similar speculations will be attributed to prevarication and wrong by every government which will neglect at this point la protection of the general interests.

CHAPTER VII
Economic law of supply and demand. — Correction of that law by the principle of mutuality.

What we have just said about insurance could serve as the model for a general critique of the economic world. Indeed, all is found here to be in violation of justice by reason of contempt for the principle of mutuality; abandonment of the rights of society through government indifference; extortion of the public fortune in the form of subsidies; inequality and thus iniquity in transactions, where we see the small sacrificed to the great, the poor pay more than the rich; creation of monopolies and annihilation of competition; parallel development of parasitism and poverty.

The hypocrisy of our philanthropists strives to seek the causes of paupérism and crime: it has not found them; it was too simple. These causes reduce to one alone: economic right violated everywhere. The remedy was no more difficult to discover: to return to economic right by observing the law of mutuality. I shall not tire of drawing the attention of the reader to this point until a full and whole conviction has been reached.