De la capacité politique des classes ouvrières/84

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la capacité politique des classes ouvrières/84/83 De la capacité politique des classes ouvrières/84/85

[original French]

les affaires seraient meilleures pour tout le monde. Et sait-on ce qui s'ensuivrait d'un pareil principe? Sans doute il se ferait moins de si grosses et de si rapides fortunes ; mais il y aurait aussi moins de faillites et de banqueroutes, moins de ruines et de désespoirs. Un pays où les choses ne se donneraient que pour ce qu'elles valent, sans recherche d'agio, aurait résolu le double problème de la valeur et de l'égalité.

Je ne crains donc pas de le dire: Ici comme en ce qui concerne l'assurance, la conscience publique réclame une garantie, ce qui veut dire une meilleure définition dans la science et une réforme dans les habitudes du commerce. Malheureusement cette réforme ne peut s'obtenir qu'au moyen d'une initiative supérieure à toute individualité ; et le monde est plein de gens qui, lorsqu'on essaie de porter la lumière dans les obscurités de la science, la cognée dans les broussailles du mercantilisme, crient à l'utopie; qui, lorsqu'on menace l'escroquerie et l'équivoque, se plaignent qu'on attente à leur liberté.


CHAPITRE VIII
Application du principe de mutualité au travail et au salaire. — Du commerce véridique et de l'agiotage.

Avant la révolution de 89, la société et le gouvernement, constitués tous deux sur le principe d'autorité, avaient la forme d'une hiérarchie. L'Église elle-même, en dépit des sentiments d'égalité démocratique dont estémaillé l'Evangile, avaU donné sa sanction à cet échelonnement des conditions et des fortunes, hors duquel on ne concevait que le néant. Dans le sacerdoce comme dans l'Etat, dans l'ordre économique comme dans l'ordre politique, régnait sans conteste une loi qu'on avait fini par prendre pour l'expression de la justice même, celle d'une universelle subordination. Pas une pro-

[English translation]

affairs would have been better for everyone. And do we know what would have followed from a similar principle? Doubtless there would have been less of so grosses and so rapid fortunes; but there would also have been less failures and bankruptcies, less of ruins and despairs. A country where things are only given for what they are worth, without seeking agio, would have resolved the double problem of value and of equality.

Thus I am not afraid to say it: Here as in that which concerns insurance, public conscience demands a guarantee, which means a better definition in science and a reform in the habits of commerce. Sadly that reform can only be obtained by means of an initiative superior to every individualité; and the world is full of people who, when one attempts to carry the lumière dans les obscurités de la science, la cognée dans les broussailles du mercantilisme, crient à l'utopie; qui, when one threatens l'escroquerie et l'équivoque, complain that one limits their liberty.


CHAPTER VIII
Application of the principle of mutuality to labor and wages. — Of true commerce and agiotage.

Before the revolution of 89, society and government, both constituted on the principle of authority, had the form of a hierarchy. The Church itself, in spite of the sentiments of democratic equality of which the Gospel estémaillé l'Evangile, had given its sanction to that échelonnement of conditions and of fortunes, apart from which one can only conceive nothing. In the priesthood as in the State, in the economic order as in the political order, reigned without contest a law that one had ended by taking for the expression of justice itself, that of a universal subordination. Not a